Un militant néo-nazi finlandais a été condamné vendredi à Helsinki à deux ans de prison pour après avoir frappé un jeune homme anti-raciste qui avait succombé ultérieurement à ses blessures, ont rapporté les médias locaux.

Le tribunal de Helsinki a condamné Jesse Torniainen, 26 ans, pour des « violences aggravées », et non pour « violences et homicide involontaire aggravé » comme le souhaitait le parquet.

Le 10 septembre dans les rues de la capitale Helsinki, l’accusé, qui participait à un rassemblement du groupuscule néo-nazi Mouvement de résistance finlandaise, avait frappé d’un coup de pied au thorax un homme de 28 ans qui avait craché en sa direction.

La victime, Jimi Karttunen, 28 ans, était tombée à la renverse, et sa tête avait violemment heurté le sol. Six jours plus tard, il était mort d’une hémorragie cérébrale, âgé de 28 ans.

Mais des experts médicaux, a rapporté la télévision publique Yle, ont affirmé que l’agression n’aurait vraisemblablement pas eu d’issue aussi dramatique si la victime avait arrêté sa consommation de stupéfiants et suivi son traitement.

Une vidéo tournée par le Mouvement de résistance finlandaise, et montrant la victime gisant sur le pavé avec une petite flaque de sang derrière la tête, était encore visible sur YouTube vendredi.

La procureure Anja-Riitta Rinkinen, qui avait requis au moins cinq ans et demi de prison, s’est dite déçue par un jugement qui, selon elle, ne prend pas suffisamment en compte la circonstance aggravante des motivations politiques de l’agression.

« Un acte de violence dirigé contre une personne qui s’est élevée contre l’agitation raciste peut être considéré comme ayant un mobile raciste. Nous considérons que la victime était l’une de ces personnes », a-t-elle déclaré à Yle.