Quelque 2 500 policiers étaient mobilisés vendredi à Vienne en vue des contre-manifestations attendues pour protester contre la tenue du bal annuel de l’extrême droite autrichienne.

Une quinzaine de rassemblements sont prévus pour dénoncer cette soirée organisée à la Hofburg, le palais impérial d’hiver, et une partie du Ring, le célèbre boulevard circulaire entourant le centre historique, sera coupé à toute circulation dès le milieu de l’après-midi.

Le « bal des diplômés de l’université » (Akademikerball), anciennement nommé bal des corporations étudiantes, est organisé par la section viennoise du parti d’extrême droite FPÖ. La présidente du Front national, Marine Le Pen, avait suscité une polémique en France en y faisant une apparition en 2012.

De 6 000 à 8 000 manifestants opposés au bal avaient défilé l’an dernier contre la précédente édition. En fin de soirée, des affrontements entre la police et des militants d’extrême gauche avaient fait une vingtaine de blessés légers. Le préfet de police de Vienne, Gerhard Pürstl, a interdit cette semaine la manifestation annoncée par l’alliance de gauche radicale NOWKR, qui a affirmé son intention de défiler malgré tout.

Parmi les autres rassemblements prévus, le parti des Verts autrichiens a donné rendez-vous en ville pour « envoyer un signal fort » contre le « fascisme ». Des survivants de l’Holocauste y sont attendus.

Plusieurs cortèges doivent enfin converger pour se réunir devant la cathédrale Saint-Etienne.