Le parti néonazi Aube dorée a reçu un fort soutien lors des élections locales grecques, en dépit de la rude répression du gouvernement contre le parti.

Le porte-parole de l’Aube dorée, Ilias Kasidiaris, a obtenu plus de 16 % des votes de dimanche dans la course à la mairie d’Athènes, tandis que le candidat du parti pour le poste de gouverneur de la région de l’Attique a gagné plus de 11 %.

En Thessalonique, la deuxième ville de la Grèce, leur candidat a obtenu près de 8 %, selon les résultats des élections publiés lundi.

Même si aucun des candidats de l’Aube dorée n’a réussi à passer au second tour du scrutin qui aura lieu dimanche prochain, les élections au Parlement européen auront également lieu ce jour là, la forte présence du parti néonazi a provoqué les inquiétudes du gouvernement.

Le porte-parole du gouvernement Simos Kedikoglou explique qu’il ignore pourquoi le parti est toujours si populaire alors que la plupart de ses dirigeants ont été inculpés pour appartenance à une organisation criminelle.

Il déclare que le gouvernement fera davantage, dans la perspective des élections au Parlement européen, pour souligner les dangers posés à la Grèce par l’Aube dorée, selon le quotidien Kathimerini.

Le gouvernement a mené une campagne de répression du parti, avec l’arrestation de plusieurs dirigeants et en levant l’immunité parlementaire de 18 membres de l’Aube dorée. Ils ont été inculpés pour appartenance à une organisation criminelle.

La répression de l’Aube dorée fait suite à une vague d’indignation et de protestations en Grèce, après l’assassinat le 18 septembre du rappeur anti- fasciste Killah P par un membre présumé de l’Aube dorée.

L’Aube dorée a été accusée d’être responsable des dizaines d’attaques contre des immigrés en Grèce. Le parti est connu pour son drapeau portant une croix ressemblant à la croix gammée nazie et son courant négationniste.