Jerusalem – Jwire. L’une des voix qui s’élève le plus activement contre l’antisémitisme appartient à Abe Foxman de l’Anti-Defamation League [ligue anti-diffamation]. Il a été interviewé par David Horowitz au sommet des médias juifs de Jérusalem le 23 juin.

Foxman est le directeur national de l’ADL qui se trouve à New York. L’ADL est l’un des chiens de garde de l’antisémitisme contemporain. Il a été interrogé par le modérateur David Horovitz, le rédacteur en chef et le fondateur du Times of Israel, principalement sur le sondage sur l’antisémitisme dans 102 pays.

Voici la retranscription :

David Horovitz : Donnez-nous un bref aperçu de ce sondage mondial sur les sentiments et les attitudes antisémites et que vous avez publié le mois dernier.

Foxman a précédé sa réponse en expliquant que ceux qui dirigent les communautés juives à travers le monde prennent les médias juifs pour acquis.

Il a affirmé que ce serait bien si les grands journaux couvraient toutes les questions juives « mais au final, le média juif est le véhicule qui communique notre message, nos préoccupations, nos angoisses, nos célébrations de nos électeurs et nous vous prenons très souvent pour acquis comme le fait l’Etat d’Israël ».

Abraham Foxman : Mesurer l’antisémitisme n’est pas une science exacte. C’est une configuration de différentes choses. Récemment, l’Union européenne a interrogé les Juifs d’Europe pour leur demander comment ils ressentaient l’antisémitisme. Nous, nous avons interrogé des adolescents israéliens. Les personnes ont déclaré :
« l’antisémitisme en Israël … ils sont à l’abri ».

Pourtant, à notre grande surprise, nous avons constaté que 70 % des jeunes Israéliens ressentaient de l’antisémitisme en Israël par le biais d’Internet.

Ils se sentaient agressés, insultés et menacés. Nous n’avions jamais fait un sondage impliquant 102 pays. Nous avons constaté qu’un adulte sur quatre dans le monde est infecté par l’antisémitisme. Je trouve que c’est une statistique très inquiétante.

La région est devenue très importante. Le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord ont les plus hauts niveaux d’antisémitisme dans le monde. Nous n’avons pas de réponses. Par exemple, pourquoi la Grèce a le plus fort taux d’antisémitisme en Europe ? Pourquoi est-ce si élevé en Corée du Sud ? Le sondage n’offre pas de réponses, seulement des questions que nous avons besoin de continuer à sonder.

Au Moyen-Orient, les Palestiniens avaient le taux le plus élevé à 93 %. Le pourcentage le plus bas était en Iran avec 56 %. Il y avait onze questions et si vous répondiez « oui » à au moins six d’entre elles, vous êtes classé comme un antisémite.

Des questions comme « Les Juifs sont-ils trop puissants dans le monde des affaires ? Les Juifs montrent une double loyauté … à Israël et au pays dans lequel ils vivent ? Pensez-vous que les Juifs pensent qu’ils sont meilleurs que tout le reste du monde ? ». Je pense que j’aurais probablement répondu « oui » à au moins six d’entre elles. Dans quelle mesure êtes-vous convaincu par les critères que vous avez utilisés ?

C’est une question très divertissante, et on nous a demandé « Alors pourquoi ne testez-vous pas les Juifs ? »

Pendant la crise financière mondiale, à chaque fois que le directeur d’une banque s’est avéré être juif, j’ai grincé des dents. Et j’aurai voulu qu’il y ait moins de Juifs au cœur du système financier américain. Est-ce que cela fait de moi un antisémite ? Je vous interroge sur la base de ces questions.

Nous avons utilisé cette base depuis plus de quarante ans. Ce n’est pas une science exacte. Laissez-moi vous donner un exemple. Je me souviens quand Marlon Brando dans son interview d’adieu a été interrogé sur les films qu’il avait faits et ceux qu’il n’avait pas faits.

Il a listé les films qu’il aurait voulu faire, mais ne pouvaient pas être tournés parce que
« les Juifs contrôlaient Hollywood ». On nous a ensuite posé la question à ce sujet et nous avons confirmé que le fait de dire que : « les Juifs contrôlent Hollywood » est antisémite.

Les Juifs d’Hollywood ne sont pas là en tant que Juifs. Ils sont réalisateurs, producteurs, financiers. Ce dont Marlon Brando parlait est que les Juifs se réunissent le dimanche matin au Katz’s Deli et décident de ce qu’ils vont prévoir en tant que Juifs … que les Juifs contrôlent en tant que Juifs. Ils sont là pour contrôler, avoir le pouvoir et ou se faire de l’argent.

C’est un point de vue pernicieux d’un fait de l’histoire et nous avons payé le prix pour cela. Je me souviens quand le ministre des Affaires étrangères de l’Espagne m’a affirmé : « Quand nous disons que les Juifs réussissent, nous l’entendons comme un compliment ». Je lui ai répondu en disant que c’est le compliment qui a ouvert la voie vers Auschwitz.

Donc, ils croient que le leadership juif se réunit et réfléchit à la manière de faire avancer ses intérêts parfois au détriment du reste du monde.

Le premier stéréotype à travers le monde, à 41 % des personnes interrogées, est que les Juifs ne sont pas loyaux. Le problème est qu’ils sont [soi-disant] plus fidèles à leurs propres intérêts, qui est une version des Protocoles des Sages de Sion [est un faux document qui se présente comme un plan de conquête du monde établi par les Juifs et les Francs-maçons]… que les Juifs ne se soucient que d’eux-mêmes. Si vous regardez le nazisme, il n’a pas commencé avec la suprématie raciale ou la race des maîtres.

Hitler a blâmé les Juifs pour la défaite de l’Allemagne. C’était le concept basique des Juifs qui ne se soucient que d’eux-mêmes… se soucient seulement du pouvoir au détriment de tout le reste du monde. 26 % des Américains croient que les Juifs sont plus loyaux envers Israël qu’envers les États-Unis. C’est de l’antisémitisme classique.

Si vous demandez à un Américain « vers quel pays votre cœur balance-t-il ? », Beaucoup d’entre eux répondraient
« Israël ».

Ce n’est pas vrai. Selon un récent sondage de Reuters, seulement 4 ou 5 % des Juifs américains ont placé Israël devant les États-Unis. Une partie du monde croit que les Juifs contrôlent l’Amérique. C’est une perversion. Les Italiens sont fiers de leur culture et de leur histoire. Ils ont des défilés pour célébrer leur culture. Personne ne les accuse de double loyauté.

Parlons de l’antisémitisme et de l’antisionisme. Où est la frontière entre la critique légitime contre Israël et l’antisémitisme et comment le BDS entre-t-il en jeu ?

L’une des questions la plus courante que je reçois est : « est-ce que je peux critiquer Israël ? ». Mais bien sûr que vous pouvez.

Vous pouvez critiquer le sionisme si vous croyez que le nationalisme est raciste et discriminatoire. Mais si le seul nationalisme que vous n’aimez pas et trouver difficile à accepter est le nationalisme juif, alors vous êtes un antisémite.

Nous n’avons pas pu établir la causalité de la relation étroite entre les attitudes contre Israël et l’antisémitisme. Par exemple, vous avez un groupe de pays comme la Scandinavie et le Royaume-Uni qui ont un très faible niveau d’antisémitisme mais qui ont encore un niveau assez élevé d’un sentiment anti-Israël. D’autre part, le groupe des pays qui formaient l’ancienne Union soviétique ont un niveau très élevé d’antisémitisme mais un niveau très faible de sentiment anti-Israël.

Parlez-moi du BDS [boycotts, désinvestissement et sanctions]

Le BDS est un élément très intéressant, peut-être même positif, qui essaie de provoquer le changement social dans le monde. Si les jeunes, une église ou un groupe organisé veulent effectuer un changement dans le comportement d’un gouvernement sur ​​n’importe quel sujet qu’ils estiment être important et ils veulent utiliser le Boycott, le Désinvestissement ou Sanctions … Je les y invite.

Mais je vais regarder pour voir qui vous visez avec cette action sociale punitive. Je peux vous donner une liste de 20 pays qui ont besoin de changer leur comportement vis-à-vis des droits de l’homme et de leur attitude au sujet des droits sociaux: l’Arabie Saoudite, la Chine, Cuba, Algérie etc….

Donc, si vous me donnez une liste de dix pays pour lesquels vous utilisez les BDS et vous incluez Israël, je vous ferai valoir qu’Israël n’en fait pas parti, mais au final si c’est ce que vous faites et Israël en fait partie … alors d’accord. Mais si vous utilisez les BDS uniquement contre Israël, en raison de sa violation supposée des droits de l’Homme, alors que c’est l’antisémitisme.

Qu’en est-il des Nations unies ?

Elle est sans cesse sollicitée. Vous pouvez la critiquer. Il n’y a aucune raison pour que vous ne puissiez pas la critiquer. Mais quand vous regardez le monde d’aujourd’hui et quand vous voyez que sur les 20 questions que traitent l’ONU, 13 d’entre elles concernent Israël, alors c’est qu’il y a un préjugé biaisé qui n’a rien à voir avec de la politique, mais un préjugé teinté d’antisémitisme.

L’ONU légitime l’antisémitisme et leur permet d’avoir une voix légitime pour exprimer leur antisémitisme sous couvert de la politique et du débat. Est-ce que le [Secrétaire général] Ban Ki-moon est un antisémite ? Non, mais l’institution est telle qu’elle permet l’individualisation continue d’Israël, avec des demandes spéciales, des normes spéciales, des critères spéciaux, au point qu’il est toujours un Etat paria … toujours le pays qui a besoin de réparations et de sanctions.

Vous avez fait cela pendant cinquante ans. Après la Seconde Guerre mondiale, l’antisémitisme semblait être moins public, presque en rémission depuis quelques décennies, mais maintenant il semble avoir explosé à nouveau. A-t-il vraiment disparu ? Sera-t-il toujours présent parmi nous ?

Beaucoup d’entre nous croient que c’est un fait historique. Et nous avons cru que cela serait devenu un sujet d’éducation pour sensibiliser au racisme et au respect humain.

Je ne pense pas que personne ne pensait que l’antisémitisme deviendrait une manifestation grave, actuelle et pernicieuse et aussi importante. Aujourd’hui, l’antisémitisme est au niveau qu’il n’a jamais atteint depuis la Seconde Guerre mondiale, même si cela ne se ressent pas comme ça l’était à cette époque.

Cependant, si je ne pensais pas que je pourrais changer les esprits et les cœurs des gens, je n’irai pas travailler. Je suis un optimiste, mais je crois que si nous n’agissions pas, si nous ne combattions pas, ça serait pire.

Je crois qu’il sera toujours avec nous. L’histoire nous apprend qu’il y avait toujours la possibilité de cibler les Juifs. Il sera toujours avec nous. Les changements technologiques ne sont pas notre ami. Internet est en train de détruire la civilité et le respect.

Nous sommes numéro un dans le hit-parade. Aujourd’hui, vous pouvez transmettre le sentiment antisémite dans le monde entier en quelques nano secondes. Sans perspective, sans défi, il a donné à l’antisémitisme une légitimité d’une manière que nous n’avons jamais vue auparavant.

Où pensez-vous que l’antisémitisme se manifeste le plus dangereusement aujourd’hui ?

Personne ne connaît les niveaux de danger et de sécurité mieux que les Juifs eux-mêmes. Même s’ils les connaissent, ils les rationalisent.

Je pense que là où les niveaux sont élevés aujourd’hui, l’Europe de l’Ouest par exemple, ils peuvent affirmer
« ce pays était notre cimetière il n’y a pas si longtemps ». Je vis aux Etats-Unis et je n’ai pas le droit de dire aux Juifs quoi faire, mais si le nouvel uniforme d’un Juif pratiquant comprend une casquette de base-ball, cela signifie que vous pouvez reconnaître un Juif parce qu’il est vêtu d’un costume et porte une casquette de base-ball. Ils ne portent pas de kippa.

Les dirigeants européens affirment que les Juifs vont devoir apprendre à vivre avec l’antisémitisme et je vois cela comme un signal grave. Jusqu’à une époque récente, de nombreux pays ont nié qu’ils avaient un problème d’antisémitisme… mais cela a changé. Les Français ont mis en place un groupe de travail pour faire face à l’antisémitisme.

Ils ont fait toutes les choses justes à faire et continuent à le faire, mais le problème n’est pas de recevoir moins… C’est d’obtenir plus.