Dix-huit personnes qui se trouvaient lundi matin à l’intérieur d’un centre commercial à Villeneuve-La-Garenne, dans la banlieue nord de Paris visé par une tentative de braquage par trois malfaiteurs ont été évacuées par des policiers d’élite, a appris l’AFP de sources policières.

« Dix-huit personnes ont été évacuées vers 10H30 (08H30 GMT), l’une d’entre elles a eu un malaise mais il n’y a pas de blessés », a affirmé une source policière, ajoutant « que les recherches se poursuivaient pour localiser les trois malfaiteurs ».

Les trois hommes, munis d’un fusil à pompe, se trouvaient dans la boutique Primark du grand centre commercial Qwartz, à l’ouverture de l’établissement.

« Ils sont arrivés vers 6 heures du matin, en même temps que les tous premiers employés du centre commercial. Parmi ces derniers, un prestataire qui venait approvisionner les machines à friandises a expliqué avoir vu des gens ‘en panique’ sortir du centre commercial par le quai de chargement : ‘Tout le monde courait et criait : Ils sont armés, ils sont armés ! Il faut sortir !’, » rapporte le site du Parisien.

« J’ai vu deux braqueurs, habillés en noir, les deux cagoulés. Ils étaient calmes, pas pressés », a raconté sur place Bruno Jahin, 20 ans, chargé d’approvisionner les distributeurs automatiques des bureaux du magasin Primark.

« Le plus grand faisait environ 1m80, armé d’un fusil, je pense un fusil à pompe. L’autre était plus petit », a relaté le jeune homme. « J’ai entendu plusieurs fois : ‘c’est un braquage, faut descendre' », a-t-il expliqué. « J’ai fait demi-tour, j’ai repris l’ascenseur ». « C’est sûr qu’ils cherchaient de l’argent, c’est un magasin qui marche très bien ».

Un des trois braqueurs aurait été reconnu comme un salarié de Primark, selon le Parisien.

La circulation a été coupée autour du périmètre du centre commercial Qwartz, dans cette ville située en banlieue ouest de la capitale et qui jouxte l’autoroute A86.

Centre commercial de Villeneuve la Garenne en banlieue ouest de Paris (crédit : Google)

Centre commercial de Villeneuve la Garenne en banlieue ouest de Paris (crédit : Google)

En milieu de matinée, on ne savait pas si des personnes étaient ou non retenues en otages par les malfaiteurs.

« Vers 06H30 (04H30 GMT), deux ou trois malfaiteurs armés ont pénétré dans le magasin Primark (entreprise irlandaise de vente de vêtements) pour ce que l’on pense être au départ une tentative de vol à main armée », a expliqué une source policière.

« On ne sait pas s’ils sont toujours sur place », a ajouté cette source.

Des policiers de l’unité d’élite Raid, spécialisée dans les prises d’otages, continuaient en fin de matinée leurs recherches pour localiser les malfaiteurs, « qui ont été filmés entrant dans le centre commercial sans en ressortir selon les caméras de vidéosurveillance ».

« Il semblerait que parmi les trois suspects, un employé ait été reconnu », a ajouté une source proche de l’enquête.

Les employés s’étaient retranchés dans une cantine du centre commercial, selon une source policière.

Selon une autre source policière, une employée du magasin Primark avait « envoyé vers 07H00 (05H00 GMT) un texto à son copain pour lui dire qu’ils étaient pris en otages par deux hommes armés ».

Le souvenir des attaques islamistes de janvier, qui avaient fait 17 morts, dont plusieurs pris en otages dans un magasin juif à Paris, reste vif en France. A l’époque, des unités du Raid avaient déjà participé à la neutralisation des auteurs des attaques.

L’attaque lundi du centre commercial de Villeneuve-la-Garenne, attribuée par la police à des gangsters, survient alors que la France et singulièrement la région parisienne, restent soumises au degré d’alerte le plus élevé face à la menace terroriste.

Depuis les attentats de janvier, 7.000 militaires sont déployés en France en soutien des forces de police. L’attaque armée de lundi s’est produite la veille de la fête nationale française du 14 juillet. Son traditionnel défilé militaire doit mettre à l’honneur cette année des unités d’élite des forces de l’ordre, dont le Raid.