Le ministre français de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a menacé mercredi d’arrestations et de traduction devant la justice ceux qui crieraient « mort aux juifs » ou brûleraient des drapeaux israéliens lors des manifestations propalestiniennes prévues dans la journée en France.

Non seulement les manifestants qui se livreraient à de tels actes seront « exfiltrés » des cortèges mais ils seront « interpellés », a déclaré le ministre à la radio France Inter. « Parce que (crier) ‘mort aux juifs’ c’est un délit pénal ». « J’ai donné des consignes aux forces de l’ordre pour que l’on puisse procéder à des interpellations si des actes de ce type se produisaient », a-t-il insisté.

« Je ne peux pas accepter comme ministre de l’Intérieur républicain, désireux de voir les principes de la République et les droits de l’Homme défendus dans ce pays, que l’on crie dans une manifestation, quelle qu’elle soit, ‘mort aux juifs’. Je pense que non seulement les organisateurs (des manifestations à venir) qui sont imprégnés de ces valeurs remettront et recadreront ces manifestants mais si nous les entendons dire cela ils seront interpellés », a précisé Bernard Cazeneuve.

Le ministre est revenu sur la polémique provoquée par l’interdiction de certaines manifestations pro-palestiniennes. Le week-end dernier, il y a eu 64 déclarations de manifestations, quatre ont été interdites. Dans les quatre, deux se sont tenues et « mal passées » en raison de l’irresponsabilité des organisateurs, a-t-il déclaré.

Elles avaient été « interdites parce qu’il s’agissait de protéger des citoyens français contre le déferlement de la haine, notamment antisémite dans les rues », a expliqué le ministre.

Le gouvernement français a autorisé mercredi une nouvelle manifestation prévue en fin de journée au coeur de Paris, à l’appel d’un « Collectif national pour une paix juste et durable entre Israéliens et Palestiniens ».