De Hollywood à l’Assemblée nationale française, l’affaire Weinstein, a créé un précédent.

Des dénonciations de dizaines de victimes concernant des pratiques de harcèlements, et de viols, courants dans l’industrie cinématographique de Hollywood, ont déferlé. Dans les journaux, devant les cours de justice et jusqu’à Twitter où des appels à enfin dénoncer ces pratiques ont afflué par milliers, sous les hashtags #metoo et, en France, #balancetonporc.

Mais, toujours sur Twitter, deux messages ont créé la polémique en évoquant une supposée solidarité « sioniste » ou « communautaire » autour d’Harvey Weinstein, le réalisateur accusé de viol étant de confession juive.

Le premier message émane de Sihame Assbague, militante politique, « féministe intersectionnelle », proche du Parti des Indigènes de la République, qui a retweeté un article de Libération titré « Woody Allen se dit « triste » pour Harvey Weinstein et dénonce une chasse aux sorcières » en le commentant ainsi : « le communautarisme ».