Le président français François Hollande a annoncé vendredi que le plan antiterroriste Vigipirate passait « en alerte maximum » pour trois jours dans la région de Lyon (centre-est) suite à l’attentat qui a fait un mort, et il a appelé à « l’unité » face au « terrorisme ».

« J’ai voulu que soient tirées des conclusions et que nous portions le plan Vigipirate en alerte maximum dans la région Rhône-Alpes pour trois jours », a dit le chef de l’État, qui s’exprimait à l’issue d’une réunion d’urgence à la présidence.

Il a également appelé à « l’unité » en France face au « terrorisme » et à ne pas se « laisser détourner par de vaines querelles ».

« Dans ces moments-là, face à ces épreuves, face à ces risques, face à ces menaces, c’est l’unité, le rassemblement et la capacité de la Nation à faire face qui permettront de lutter contre le terrorisme avec la plus grande efficacité », a ajouté le chef de l’Etat.

L’ex président Nicolas Sarkozy, à la tête de l’opposition de droite à Hollande, et la chef de file de l’extrême droite, Marine Le Pen, ont de leur côté réclamé des mesures rapides pour, selon Le Pen, « terrasser l’islamisme ».

Hollande a précisé que la victime, un chef d’entreprise, « lâchement assassinée », était âgée de 50 ans et que l’auteur présumé avait été interpellé notamment grâce à « des forces de sécurité, des pompiers particulièrement courageux ».

« Toute la question est de savoir s’il y a des complices », a-t-il ajouté précisant que le procureur donnerait, le cas échéant, « des informations en fin d’après-midi ».