France : profanation d’une stèle en mémoire du génocide arménien
Rechercher

France : profanation d’une stèle en mémoire du génocide arménien

"Cette nouvelle agression s'inscrit dans un climat de violence négationniste importée sur le territoire par les autorités turques," a déclaré le CCAF

Illustration : Un jeune nettoie le cimetière arménien sur le mont Sion, près du quartier arménien de la Vieille Ville de Jérusalem, le 15 avril 2015 avant les prières qui auront lieu au cimetière en l'honneur des victimes du génocide arménien (Crédit : Hadas Parush / Flash90)
Illustration : Un jeune nettoie le cimetière arménien sur le mont Sion, près du quartier arménien de la Vieille Ville de Jérusalem, le 15 avril 2015 avant les prières qui auront lieu au cimetière en l'honneur des victimes du génocide arménien (Crédit : Hadas Parush / Flash90)

Une stèle érigée à Vienne, dans le centre-est de la France, en mémoire des victimes du génocide arménien, a été recouverte sur ces deux faces de tags injurieux, a-t-on appris samedi de sources concordantes.

Le Conseil de coordination des organisations arméniennes de France (CCAF) a dénoncé « avec la plus grande fermeté la profanation » de cette stèle et estimé que « les tags insultants » recouvrant ce monument « constituent une nouvelle atteinte à la dignité humaine et à la mémoire des victimes ».

« Cette nouvelle agression s’inscrit dans un climat de violence négationniste importée sur le territoire par les autorités turques. Elle se situe dans le prolongement des attaques ignobles et des incitations à la haine propagées par un certain nombre d’individus à leur solde », a jugé dans un communiqué le CCAF, qui « appelle les autorités à la plus grande vigilance contre ces agissements ».

Ankara et Erevan se déchirent au sujet du massacre de centaines de milliers d’Arméniens en 1915-17, sous l’Empire ottoman, que la France a reconnu comme un génocide en 2001.

La Turquie récuse le terme de génocide, affirmant que les victimes, dans le cadre d’une guerre civile, étaient aussi bien turques qu’arméniennes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...