L’aviation israélienne a effectué mercredi une frappe aérienne sur la bande de Gaza, peu après l’annonce d’un accord historique conclu entre le Fatah et le Hamas prévoyant la formation d’un gouvernement d’union nationale.

Selon plusieurs rapports, entre 3 et 7 Palestiniens auraient été blessés dans le raid, qui visait deux individus à bord d’une moto à Beit Lahiya, dans le nord de la bande de Gaza.

Selon un responsable médical Ashraf al- Kidreh, le raid aérien a manqué sa cible et blessé des passants.

Selon l’armée israélienne, la frappe aérienne constitue une « opération antiterroriste menée conjointement » avec le Shin Bet.

La cible visée – un membre du Jihad islamique – s’en est sorti indemne, selon le site d’information Ynet. Selon ce dernier, le terroriste ciblé s’apprêtait à lancer des roquettes sur Israël.

Parmi les blessés, se trouvent un homme de 50 ans et ses deux filles, rapporte l’Agence de presse palestinienne Maan.

Le raid aérien est intervenu peu après l’annonce de la conclusion d’un accord historique entre l’Organisation de libération de la Palestine et le mouvement terroriste du Hamas, au pouvoir à Gaza. Les deux anciens rivaux prévoient de « constituer un gouvernement d’union nationale d’ici cinq semaines » et la tenue d’élections générales.

L’annonce a été chaleureusement accueillie par des célébrations dans les rues de Gaza, a rapporté l’AFP.

Vives condamnations, côté israélien

Les responsables israéliens ont vivement condamné le pacte de réconciliation interpalestinienne.

« Au lieu de choisir la paix avec Israël, Abou Mazen opte pour la paix avec le Hamas », a déploré Netanyahu dans un communiqué.
« Souhaite-t-il la paix avec le Hamas ou avec Israël ? On peut avoir l’une mais pas l’autre. J’espère qu’il choisira la paix (avec Israël) mais pour l’instant ce n’est pas le cas », a-t-il regretté.

Israël a accusé Mahmoud Abbas d’avoir choisi « le Hamas et non la paix » et a annulé une session de négociations avec les Palestiniens prévue mercredi soir, après l’accord de réconciliation entre Palestiniens.

« Ce soir (…), Abou Mazen (Mahmoud Abbas) a choisi le Hamas et non la paix. Quiconque choisit le Hamas ne veut pas la paix », a estimé le Premier ministre Benjamin Netanyahu dans un communiqué.

« Israël a annulé la rencontre qui devait avoir lieu ce soir » avec les négociateurs palestiniens, a écrit le porte-parole de Netanyahu, Ofir Gendelman, sur son compte Twitter.

Interrogé par l’AFP, le négociateur en chef palestinien Saëb Erakat a toutefois assuré qu’aucune réunion n’était programmée dans la soirée avec la partie israélienne.

En revanche, M. Abbas doit recevoir le médiateur américain Martin Indyk jeudi à Ramallah (Cisjordanie), a ajouté Erakat.

« Netanyahu a stoppé les négociations il y a longtemps. Il a choisi les colonies au lieu de la paix », a déclaré le négociateur palestinien en reprochant au Premier ministre israélien de « détruire le processus de paix ».

Aux termes d’un accord de réconciliation signé mercredi à Gaza, l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), reconnue internationalement comme le seul représentant du peuple palestinien, et le mouvement islamiste Hamas ont convenu de former un gouvernement de « consensus national » dans les prochaines semaines.

Israël a annulé une session de négociations prévue mercredi soir avec les Palestiniens, après l’annonce d’un accord de réconciliation entre Palestiniens, a annoncé un porte-parole du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

« Israel a annulé la rencontre qui devait avoir lieu ce soir » avec les négociateurs palestiniens, a écrit le porte-parole, Ofir Gendelman, sur son compte Twitter.