Plus d’un millier de Palestiniens ont participé mercredi à Ramallah aux obsèques de deux frères membres de la branche armée du mouvement terroriste du Hamas, tués en 1998 et dont Israël venait de restituer les corps, ont constaté des journalistes de l’AFP.

Les dépouilles de Imad Awadallah et de son frère Adel, morts à 48 et 46 ans, ont été remises par Israël dans la nuit de mardi à mercredi à un barrage du nord de la Cisjordanie, avec celles de deux autres Palestiniens, dont l’auteur d’un attentat-suicide contre une pizzeria à Jérusalem en août 2001.

Selon la campagne nationale pour le recouvrement des corps des « martyrs », Israël a jusqu’à présent restitué les dépouilles de 29 Palestiniens reposant dans le « cimetière des combattants ennemis » d’Israël dans la vallée du Jourdain, dans des tombes marquées par des numéros, après des tests génétiques pour vérifier leur identité.

La justice israélienne, saisie par des familles représentées par des avocats palestiniens et israéliens, avait ordonné la restitution de ces dépouilles, ainsi que d’une dizaine d’autres qui n’ont pas encore été remises.

Le Hamas a salué dans un communiqué la remise des quatre corps comme « une nouvelle victoire pour la résistance et la voie des martyrs. La résistance est le meilleur moyen pour libérer la terre sacrée ».

Dans le même temps, le Shin Bet, le service de sécurité intérieure israélien, a annoncé l’arrestation de six Palestiniens et d’un Arabe israélien soupçonnés d’appartenir à une « cellule militaire » liée au Hamas à Qalqiliya (nord de la Cisjordanie).

Les suspects, âgés de 21 à 37 ans et arrêtés entre décembre et mars, projetaient de commettre des attaques anti-israéliennes avec des explosifs et de viser des « cibles israéliennes », a indiqué dans un communiqué le Shin Beth, sans autre précision.

Le sort des frères Awadallah est longtemps resté incertain après l’annonce de leur mort en septembre 1998 près de Hébron en Cisjordanie, d’autant plus qu’ils étaient recherchés à la fois par les services de sécurité palestiniens et israéliens.