Gabbay aux envoyés de l’UE : je soutiens « profondément » la solution à 2 Etats
Rechercher

Gabbay aux envoyés de l’UE : je soutiens « profondément » la solution à 2 Etats

Le chef du parti travailliste avait déjà déclaré qu’une Jérusalem "unie" était plus important qu'un accord de paix et que les implantations n'avaient pas besoin d'être évacuées

Marissa Newman est la correspondante politique du Times of Israël

Le président du parti travailliste, Avi Gabbay, s'adresse aux ambassadeurs européens en Israël le 15 décembre 2017 (Crédit : Autorisation)
Le président du parti travailliste, Avi Gabbay, s'adresse aux ambassadeurs européens en Israël le 15 décembre 2017 (Crédit : Autorisation)

Le président du parti travailliste, Avi Gabbay, a déclaré vendredi aux ambassadeurs de l’Union européenne en Israël qu’il était « profondément » engagé dans la solution à deux Etats, tout en faisant écho aux positions du gouvernement israélien sur Jérusalem et l’Iran.

Depuis qu’il est devenu le président du parti de gauche en juillet, Gabbay a déclaré que les implantations n’avaient pas besoin d’être évacuées dans un futur accord de paix et a maintenu que garder Jérusalem indivisée était plus important que la conclusion d’un accord avec les Palestiniens.

Ces déclarations, en contradiction avec les positions traditionnellement pacifistes du parti travailliste, ont été considérées comme une tentative de faire glisser le parti vers la droite dans le but de gonfler ses rangs.

Vendredi, le chef du parti travailliste a également déclaré aux diplomates européens qu’il y avait peu de désaccord en Israël — presque « pas de coalition et pas d’opposition » — sur les questions de sécurité et sur Jérusalem, selon une déclaration en hébreu de son porte-parole.

Gabbay a déclaré qu’il était « profondément » engagé envers deux Etats et espérait que la reconnaissance par les Etats-Unis de Jérusalem en tant que capitale d’Israël n’aboutirait pas à une impasse, selon le communiqué.

Il a également fait écho au Premier ministre Benjamin Netanyahu sur l’Iran, demandant des amendements à l’accord nucléaire et des sanctions supplémentaires pour la République islamique.

La semaine dernière, Gabbay a déclaré à Hadashot qu’une Jérusalem « unie » sous la souveraineté israélienne était plus importante que de conclure un accord de paix avec les Palestiniens.

Ce commentaire était presque identique à une remarque de Naftali Bennett, dirigeant du parti de droite, HaBayit HaYehudi, en juin lors d’une conférence Haaretz. Bennett, dans son discours, avait déclaré : « une Jérusalem unifiée est préférable à un accord [de paix] diplomatique », déclenchant des huées et des chahuts de la part de la foule de gauche.

En octobre, Gabbay a déclaré qu’il n’évacuerait pas les implantations de Cisjordanie dans le cadre d’un accord de paix avec les Palestiniens. Sa remarque a ensuite été critiquée par un certain nombre de législateurs de l’Union sioniste, la faction de la Knesset incorporant le parti travailliste et le parti Hatnua de Tzipi Livni.

Quelques jours plus tard, il avait qualifié l’entreprise de construction dans les implantations de « beau et dévoué visage du sionisme ».

Malgré les efforts de Gabbay pour attirer les électeurs de droite, un sondage effectué par la Dixième chaîne a révélé que le parti travailliste obtiendrait 18 sièges si les élections avaient lieu dans une période récente, six de moins que le Premier ministre Benjamin Netanyahu et quatre de moins que le parti Yesh Atid de Yair Lapid.

Comme Gabbay, Lapid a viré à droite sur un certain nombre de questions, dans le but d’obtenir le soutien des membres plus modérés du parti au pouvoir, le Likud.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...