L’ancien ministre de l’Environnement Avi Gabbay, qui a démissionné cette année du gouvernement et a quitté le parti Koulanou, qui fait partie de la coalition, a annoncé jeudi qu’il avait rejoint Havoda, le parti travailliste israélien.

Des sources internes au parti ont annoncé que Gabbay disputerait probablement la présidence du parti, posant ainsi un défi au dirigeant travailliste Isaac Herzog.

Gabbay avait remis sa démission fin mai, quand le dirigeant du parti Yisrael Beytenu, Avigdor Liberman, était devenu ministre de la Défense à l’occasion d’un remaniement de la coalition, qui avait entraîné le départ de la vie politique de Moshe Yaalon, le prédécesseur de Liberman.

Dans un communiqué publié sur son nouveau site internet, dans lequel il a suggéré qu’il comptait se présenter à la présidence de Havoda, Gabbay a déclaré que depuis sa démission, « de plus en plus [de personnes] voient que [le Premier ministre Benjamin] Netanyahu, le gouvernement et sa direction, ont simplement perdu le contrôle. »

Gabbay avait démissionné pour protester contre la nomination de Liberman et avait lancé une critique cinglante de la coalition, l’accusant de mener Israël sur la voie de la destruction, d’affaiblir les relations avec les Etats-Unis et de réduire au silence les opposants à un accord sur le gaz naturel et dans d’autres domaines.

Le ministre de la Défense sortant Moshe Yaalon avec l'Etat-major de l'armée israélienne au quartier général de l'armée à Tel Aviv, le 22 mai 2016. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Le ministre de la Défense sortant Moshe Yaalon avec l’Etat-major de l’armée israélienne au quartier général de l’armée à Tel Aviv, le 22 mai 2016. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

A l’époque, il avait déclaré que le retrait de Yaalon, ancien chef d’Etat-major de l’armée israélienne, du ministère de la Défense, et son remplacement par Liberman était le pas de trop. « L’éviction d’un ministre de la Défense tempéré et professionnel, qui a réussi cette année à apaiser un soulèvement [palestinien] bouillonnant, a été la mesure à laquelle je ne pouvais pas prendre part », a déclaré Gabbay à la fin du mois dernier.

Sur son nouveau site internet, Gabbay a critiqué « l’obsession [du gouvernement de Netanyahu] pour faire fermer la [nouvelle] autorité de radiodiffusion publique » et les « agressions incontrôlées contre les médias », ainsi que le projet de loi dit de régulation qui légaliserait de manière rétroactive des implantations et des avant-postes de Cisjordanie.

Ehud Barak et Shelly Yachimovich, anciens dirigeants du parti, se sont précipités pour faire l’éloge du nouvel arrivé dans le parti d’opposition. Barak, qui a été Premier ministre travailliste, a attaqué Netanyahu sur Twitter, écrivant : « une autre raison de trembler pour Netanyahu, et à juste titre. Avi Gabbay est un leader naturel et exceptionnel. Une grande et bonne nouvelle pour Havoda et pour la population. Je [lui] souhaite un grand succès. »

Yachimovich a pour sa part écrit sur Twitter que Gabbay « nous rend très heureux » en rejoignant le parti, le décrivant comme « une personne capable et digne. »

Naftali Bennett, le ministre de l’Education, qui a servi au cabinet aux côtés de Gabbay, a également souhaité bonne chance à l’ancien de Koulanou dans ses nouvelles aventures politiques.

Ce mois-ci, l’ancien dirigeant travailliste et ministre de la Défense Amir Peretz avant annoncé qu’il se présenterait à la présidence du parti. L’élection devrait avoir lieu d’ici six mois.