L’actrice israélienne Gal Gadot aurait paraît-il, refusé d’assurer sa participation au sequel du film à succès ‘Wonder Woman’ à moins que le distributeur, Warner Bros, dénonce son contrat financier avec le producteur Brett Ratner, ce dernier étant accusé de harcèlement sexuel.

D’après le Page Six Gossip, Gadot s’est opposée à l’idée qu’une personne accusée de comportements sexuels abusifs, puisse tirer profit de son travail et se retient donc de participer à une suite du film, à moins que le groupe RatPac Entertainment, appartenant à Ratner et qui a en partie produit le film, ne se retire du projet.

« C’est une femme forte et qui ne démord pas de ses principes. Elle sait aussi que le meilleur moyen d’atteindre une personne comme Brett Ratner, c’est en s’attaquant à son portefeuille. Elle sait aussi que la Warner Bros se doit de prendre sa défense dans cette histoire qui commence à prendre de l’ampleur, » rapportait une source de la Warner bros, samedi.

« Ils ne peuvent pas se permettre de faire un film sur l’émancipation des femmes, qui serait en partie financé par un homme accusé de harcèlement sexuel, » ajoutait la source.

En début de mois, la Warner Bros avait déjà menacé de rompre ses liens avec Ratner, alors qu’émergeaient de nombreuses accusations de harcèlement sexuel à son encontre.

Une personne proche de cette décision a rapporté que le contrat d’exclusivité signé avec le studio ne serait pas renouvelé et qu’il cesserait d’occuper le bureau loué pour la compagnie à Burbank en Californie. La personne a préféré gardé l’anonymat, n’étant pas autorisé à s’exprimer sur ce sujet en public.

La société de production de Ratner, RatPac Entertainment détient actuellement un contrat de collaboration valable jusqu’en mars 2018. La personne en question disait qu’il n’était pas certain que ce contrat soit renouvelé. L’accord de co-financement correspondant à un montant de 450 millions de dollars aurait été signé en 2013.

Ratner aurait affirmé qu’il allait personnellement s’éloigner de ses engagements auprès de la Warner.

Le mois dernier, Gadot se serait retirée d’un dîner organisé à l’honneur de Ratner, ce dernier étant accusé de s’être masturbé devant l’actrice Olivia Munn. Gadot était sensée présenter le titre de ‘l’Arbre de Vie’ à Ratner lors d’un événement du Fond Juif National, mais a préféré annuler sa participation.

Gadot n’avait pas fait le lien entre les accusations portées contre Ratner et son désistement du dîner, préférant se justifier par un ‘conflit d’emploi du temps’.

A l’époque, Gadot se trouvait en Chine pour la promotion du film Ligue de Justice’. A l’avant-première, elle était accompagnée de son partenaire d’écran, Ben Affleck, qui lui-même venait de présenter ses excuses en octobre pour avoir ‘peloté’ les seins de l’actrice Hilarie Burton en 2003, au cours de l’émission de MTV « Total Request Live ».

Harvey Weinstein au dîner de gala du Centre Simon Wiesenthal à Beverly Hills, Californie, le 24 mars 2015. (Crédit : Imeh Akpanudosen/Getty Images via JTA)

Gadot condamne avec force les actes de harcèlement sexuel alors que les plaintes semblent pleuvoir sur Hollywood. Elle explique qu’elle espère que ces accusations mèneront à un changement profond dans les moeurs de l’industrie du show-business.

Lorsque les plaintes pour viol et harcèlement sexuel ont fait surface le mois dernier contre le producteur, Harvey Weinstein, Gadot condamna vigoureusement les faits et encouragea les femmes ayant eu le courage de parler de ces comportements répréhensibles.

« Je soutiens toutes ces femmes courageuses qui affrontent leurs peurs et et osent en parler. Nous partageons leur combat. Nous sommes unies en ces temps de changement » écrivait Gadot sur Instagram.