Marwan Barghouti, chef du Fatah, qui purge cinq peines de prison à perpétuité pour son implication dans des actes terroristes meurtriers contre des Israéliens au cours de la deuxième Intifada, est la seule personnalité capable de remplacer Mahmoud Abbas comme président de l’Autorité palestinienne, a estimé mardi Zahava Gal-On, qui dirige le parti de gauche Meretz.

S’adressant à un groupe de jeunes professionnels à Jérusalem, le Forum Bira, Gal-On a déclaré que, suite à des conversations avec des responsables palestiniens, elle a fini par comprendre que le chef activiste est la seule alternative viable à l’actuelle direction palestinienne.

« Si je comprends bien l’échiquier palestinien, la seule personne qui peut remplacer Abou Mazen [Abbas] c’est Barghouti » a-t-elle confié.

Elle a cité une conversation avec Abbas au cours du dernier stade de négociations, dans laquelle le dirigeant palestinien lui a déclaré : « Je suis âgé de 78 ans et donc plus tout jeune. Je veux stabiliser la situation dans l’Autorité palestinienne ».

« Des personnes compétentes disent que le seul capable de stabiliser la situation après Abbas, c’est Barghouti », a déclaré Gal-On.

Abbas, qui peut servir comme Premier ministre d’un gouvernement d’union nationale avec le Hamas intérimaire en attendant les élections générales dans les territoires palestiniens, n’a jamais désigné de successeur, laissant spéculer les hypothèses quant à celui-ci.

Barghouti, 55 ans, qui a dirigé les Tanzim, la branche armée du Fatah, et qui parle couramment l’hébreu, affiche constamment des taux d’approbation élevés dans les sondages palestiniens.

Il a même déclaré à des journalistes israéliens en 2012 qu’il se voyait bien futur président palestinien. Abbas, pour sa part, a exprimé son intérêt à voir Barghouti libéré, ainsi que d’autres dirigeants palestiniens, avec la relance des négociations de paix avec Israël.

Lors d’un débat à la radio avec le ministre du Logement Uri Ariel en mars, Gal-On a défendu un accord dans lequel les Etats-Unis libéreraient l’espion israélo-américain Jonathan Pollard en échange de Barghouti, afin de relancer des discussions.

« Si les Américains sont intéressés à prolonger les négociations, ils devraient donner à Netanyahu et à Abou Mazen des succès immédiats et obtenir la libération de Pollard en échange de Barghouti », a-t-elle affirmé. « Une telle initiative permettrait de renforcer les deux parties avant les négociations ».

Mardi, la dirigeante de la gauche laïque israélienne a déclaré au Times of Israel que le gouvernement avait sérieusement envisagé l’échange, mais qu’il n’avait jamais abouti.

Contrairement à son prédécesseur, Haïm Oron, qui a effectué des visites régulières à Barghouti derrière les barreaux, Gal-On ne l’a jamais fait et a indiqué qu’elle n’en avait aucune intention.