Les forces de sécurité israéliennes ont la capacité virtuelle de mener des opérations militaires dans chaque point du globe, y compris l’Iran, a déclaré mercredi le chef d’état-major Benny Gantz, précisant qu’Israël avait déjà conduit des dizaines d’opérations secrètes en pays étranger et ennemi.

« La semaine dernière, le navire est revenu après une opération de longue distance », a déclaré Gantz lors d’un débat avec des étudiants d’université, faisant référence à l’interception en haute mer d’une cargaison d’armes, soupçonnée d’être en provenance d’ Iran, à bord du Klos-C, plus tard remorqué en Israël. « Notre Armée de l’Air est là où nous voulons qu’elle soit », a-t-il poursuivi.

« Je n’ai même pas mentionné les dizaines d’activités secrètes, certaines ayant eu lieu la semaine dernière, et [d’autres] au moment où nous parlons », a dit Gantz.

« Je parle aussi bien d’opérations de courte portée que d’opérations de longue portée – l’Iran et le reste. Ces zones ne sont pas hors d’atteinte pour l’armée. »

Ces commentaires ont été enregistrés et diffusés par la dixième chaîne de télévision israélienne.

Selon la chaîne, il s’agit de la première reconnaissance « catégorique » qu’Israël est capable d’intervenir militairement en Iran et une indication donnée par le chef d’état-major que ce genre d’action a déjà lieu.

Le correspondant militaire de la chaîne  a ajouté que « des milliers de personnes » prennent part à des opérations quotidiennes – consistant essentiellement en la collecte de données, mais impliquant aussi des unités d’élite de l’armée – qui visent à empêcher les ennemis d’Israël de s’armer, à les mettre sur la défensive, à empêcher les attaques et surtout à « empêcher l’Iran d’obtenir l’arme nucléaire. »

Gantz a aussi mentionné les frappes israéliennes de représailles contre des cibles syriennes après l’attaque qui a blessé quatre soldats mardi sur le Golan, précisant qu’il comptait retourner dans la région après la discussion, qui s’est tenue dans une école de Gan Yavneh.

Il a également affirmé que l’armée devrait réoccuper la bande de Gaza si Israël souhaitait faire cesser les tirs de roquettes depuis le territoire gouverné par le Hamas.

« Si nous ne voulons qu’aucune [roquette], ou presque aucune, ne soit tirée, il nous faut envahir Gaza », a jugé Gantz. « C’est un dilemme que nous gérons chaque semaine ; nous avons la capacité de le faire… Cela requiert une décision stratégique. »

La semaine dernière, le ministre des Affaires étrangères Avigdor Liberman, suite à une pluie de roquettes tirée vers le sud d’Israël, avait déclaré que l’armée devrait réoccuper Gaza pour que le gouvernement israélien puisse efficacement défendre ses citoyens, même si cela compromettait les négociations de paix avec les Palestiniens.

Avec Times of Israel Staff