Le chef d’état-major de l’armée israélienne, Benny Gantz, a promis mercredi que « toute attaque contre Israël rencontrera une réponse rapide et énergique » quelques heures après que des Palestiniens ont ouvert le feu sur une patrouille israélienne le long du sud de la bande de Gaza, blessant grièvement un soldat.

L’incident, qui est le deuxième échange transfrontalier avec des combattants de Gaza en moins d’une semaine, a également suscité une réaction sévère de la part du Premier ministre Benjamin Netanyahu, tandis qu’un responsable de l’ONU s’est dit « profondément préoccupé » par les tirs.

S’exprimant lors d’une conférence organisée par le journal financier Calcalist, Gantz a déclaré que l’armée israélienne évaluait en permanence la situation et formulait de nouvelles stratégies afin de contrecarrer les nombreuses menaces sécuritaires auxquelles est confronté d’Israël.

« L’instabilité dans la région caractérise régulièrement la vie de nos soldat », a déclaré le chef d’état-major lors de la conférence.

« Nous n’avons aucune intention de permettre à ces défis de rester sans réponse, nous avons répondu fermement et répondrons encore si cela est nécessaire. »

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a plus tard fait écho aux déclarations de Gantz, promettant de réagir avec fermeté à toute menace sur les civils israéliens.

« Notre politique est claire, une réaction forte et déterminée à toute tentative de violer la paix dans le Sud », a prévenu le Premier ministre dans un communiqué. Nous réagirons avec force chaque fois qu’il y aura une tentative de briser le calme qui avait été atteint après l’opération Barrière protectrice ».

Le Hamas palestinien, au pouvoir dans la bande de Gaza, ne souhaite pas une escalade militaire avec Israël, malgré plusieurs incidents récents, a estimé jeudi le ministre israélien de la Défense Moshé Yaalon.

« Le Hamas ne veut pas d’escalade, comme nous le constatons sur le terrain lorsqu’il arrête ceux qui tirent vers Israël tels les membres du Jihad islamique financé par l’Iran ou d’organisations du Djihad mondial », a affirmé le ministre à la radio publique.

Moshe Yaalon a également souligné que le Hamas n’avait pas réagi aux attaques lancées par l’armée israélienne mercredi contre le sud de la bande de Gaza qui ont coûté la vie à un activiste du Hamas.

A propos d’une éventuelle reprise des négociations indirectes au Caire entre Israël et le Hamas sur la trêve dans la bande de Gaza, Moshé Yaalon s’est montré prudent.

« Nous avons déjà dit qu’il n’est pas certain que ces négociations reprendront », a affirmé le ministre en soulignant que l’essentiel « c’est ce qui se passe sur le terrain et l’application des dispositions prévues à la suite du cessez-le-feu ».