Israël devra affronter une nouvelle frappe de ses ennemis sur le front Nord, a affirmé le chef d’état-major sortant, le lieutenant général Benny Gantz, à la Deuxième chaîne vendredi soir dans une interview de départ.

Gantz, auquel succédera dimanche le maj. gén. Gadi Eisenkot, a déclaré qu’Israël était dûment préparé aux menaces permanentes provenant du Hezbollah dans le nord et du terrorisme palestinien à Gaza et en Cisjordanie.

« Pour résoudre le conflit au Moyen-Orient, il vous faut davantage qu’un chef d’état-major », a déclaré Gantz. « Ce que je dois faire est de nous assurer que nous sommes prêts. Et je pense, en toute modestie… que l’armée est prête. »

A la question de savoir si de nouveaux combats seront nécessaires dans le Nord, Gantz a répondu : « Oui, oui, certainement. »

Selon lui, l’opération Bordure protectrice à Gaza l’été dernier a été un succès, « compte tenu des objectifs que nous nous sommes fixés, compte tenu des actions alternatives qui ont été envisagées. »

Depuis la fin de la campagne, quelques représentants du gouvernement ont, sous anonymat, critiqué la gestion de l’offensive par l’armée, accusant les dirigeants militaires de timidité et de manque de conviction.
Le chef de l’armée a rejeté ces allégations, qu’il considère comme des tentatives de marquer des points politiques.

« Ces propos ne sont rien d’autre que des déclarations déconnectées de la réalité et des positions [de leurs auteurs] en temps réel, dans l’objectif de marquer des points », a-t-il affirmé.