Les Etats-Unis rejoindront « le camp des terroristes » de l’organisation Etat islamique (EI) s’ils décident de désigner les Gardiens de la révolution, l’armée d’élite iranienne, comme « groupe terroriste », a prévenu mardi le porte-parole du gouvernement iranien.

« N’importe quel gouvernement qui aura une telle position envers les Gardiens de la révolution épousera la position des terroristes de Daech » (un acronyme de l’EI, ndlr), a affirmé Mohammad Bagher Nobakht lors de son point de presse hebdomadaire.

Les Gardiens « sont un organe révolutionnaire » qui « défend le peuple (iranien) et combat les terroristes », a-t-il ajouté.

Selon des sources concordantes interrogées par l’AFP, le président américain Donald Trump, qui juge que l’Iran ne respecte pas « l’esprit » de l’accord nucléaire avec les grandes puissances, devrait annoncer cette semaine qu’il ne le « certifie » pas, renvoyant de fait la balle dans le camp du Congrès.

Selon certains médias américains et européens, Washington pourrait aussi imposer de nouvelles sanctions contre les Gardiens de la révolution, et ranger l’armée d’élite iranienne parmi les « groupes terroristes ».

Le président américain Donald Trump pendant un rassemblent de soutien au sénateur républicain de l'Alabama Luther Strange à Huntsville, le 22 septembre 2017. (Crédit : Brendan Smialowski/AFP)

Le président américain Donald Trump pendant un rassemblent de soutien au sénateur républicain de l’Alabama Luther Strange à Huntsville, le 22 septembre 2017. (Crédit : Brendan Smialowski/AFP)

Depuis plusieurs jours, les responsables politiques et militaires iraniens multiplient les mises en garde contre une telle mesure.

Lundi, le chef de la diplomatie, Mohammad Javad Zarif, est ainsi apparu aux côtés du général Mohammad Ali Jafari, le commandant des Gardiens, pour prévenir Washington.

« Les Américains s’isoleront eux-mêmes avec de telles mesures et seront encore plus haïs par les Iraniens », a déclaré M. Zarif, qui a prédit une « dure réponse » de l’Iran.

« Monsieur Trump doit être certain que les Gardiens de la révolution et le gouvernement sont unis (…). Le langage diplomatique diffère du langage militaire mais l’objectif est le même », a ajouté le général Jafari.

La veille, il avait déjà haussé le ton : « si les informations à propos d’une telle bêtise (…) se confirment, les Gardiens considéreront l’armée américaine dans le même camp que les terroristes », et Washington devra « déplacer ses bases militaires à une distance de 2 000 kilomètres des missiles iraniens », avait-il proclamé.