Deux hommes ont été condamnés mardi à mort par deux tribunaux de la bande de Gaza, territoire palestinien contrôlé par le mouvement terroriste du Hamas, selon une source judiciaire et une ONG.

Un organe judiciaire dans la bande de Gaza a annoncé que deux tribunaux, l’un dans la ville de Gaza et l’autre à Deir al-Balah, avaient prononcé une peine de mort par pendaison dans deux affaires distinctes.

Le Centre palestinien des droits de l’Homme (PCHR) a précisé que, dans le premier cas, le condamné avait été reconnu coupable d’avoir assassiné son frère et que, dans le second, il s’était livré à un meurtre avec préméditation.

Les noms des deux condamnés et de leurs victimes n’ont pas rendus public.

Quatre personnes ont déjà été condamnées à mort à Gaza en 2017, a précisé le PCHR, qui a dénoncé « l’application excessive de la peine capitale » et « l’absence de garanties judiciaires assurant un procès équitable »dans l’enclave palestinienne.

En théorie, toutes les condamnations à mort dans les Territoires palestiniens doivent être approuvées par le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, qui siège en Cisjordanie, mais le Hamas ne reconnaît plus sa légitimité.

La loi palestinienne prévoit la peine capitale pour ceux qui collaborent avec Israël, pour les meurtriers et pour les trafiquants de drogue.

Deux exécutions ont eu lieu en Cisjordanie depuis 1994 et aucune depuis 2002.

Entre 2007, date de la prise de pouvoir par le Hamas dans la bande de Gaza, et 2016, 96 peines de mort -qui n’ont pas toutes été exécutées- ont été prononcées dans l’enclave palestinienne, indiquait le mois dernier Hamdi Chouqoura, vice-président du PCHR.