Le manque de fonds pour la reconstruction de Gaza risque de ruiner les efforts faits pour éviter un nouveau conflit dans le territoire palestinien, a averti mercredi un haut responsable de l’ONU.

Les donateurs qui avaient promis 5,4 milliards de dollars à la conférence du Caire il y quatre mois « n’ont pas rempli la plupart de leurs engagements » pour l’instant, a déclaré devant le Conseil de sécurité le secrétaire général adjoint pour les affaires politiques Jeffrey Feltman.

« C’est franchement inacceptable et cette situation ne peut pas continuer si nous voulons éviter une nouvelle escalade à Gaza », a-t-il affirmé.

Ce manque de fonds « fait peser une pression presque insupportable » sur les habitants de Gaza.

Les bombardements israéliens ont aussi détruit 100 000 foyers.

Selon Feltman, plus de 75 000 d’entre eux ont été autorisés à recevoir des matériaux de construction, dont l’entrée est contrôlée par l’ONU et Israël, et 47 000 ont pu acheter des fournitures.

La communauté internationale avait promis en octobre au Caire une aide de 5,4 milliards de dollars aux Palestiniens. La moitié devait servir à reconstruire Gaza ravagée par les bombardements israéliens destinés à mettre fin aux tirs de roquettes du Hamas.

Mais, à court d’argent, l’ONU a annoncé fin janvier la suspension de l’aide financière qu’attendaient des dizaines de milliers de Palestiniens pour réparer leur maison ou payer leur loyer à Gaza.

Au Caire, le Qatar avait promis de très loin la plus grosse contribution, un milliard de dollars.

Washington avait annoncé une aide immédiate de 212 millions sur un total de 400 millions de dollars en un an, et l’Union européenne une somme globale de 450 millions d’euros pour 2015.