Le ministère de l’Economie de Gaza a annoncé lundi qu’il mettra fin à 5 ans de boycott sur des produits israéliens, indique l’agence de presse palestinienne Maan.

De nombreuses usines et usines de transformation des produits, qui fournissent aux résidents de Gaza des produits et d’autres biens de consommation, ont été détruites lors du conflit de cet été entre Israël et le Hamas.

De plus, leur reconstruction est lente. Si l’on ajoute à cela qu’Israël et l’Egypte ont détruit de nombreux tunnels que le Hamas utilisaient pour faire entrer des biens dans la bande de Gaza et que l’Egypte a créé une zone-tampon pour empêcher les entreprises de contrebande du Hamas, la situation est difficile à Gaza.

En conséquence, de nombreux produits qui étaient disponibles localement ou grâce à la contrebande ne sont maintenant disponibles que par le biais de moyens légaux : les livraisons israéliennes.

« La dernière guerre a détruit des milliers d’usines, ce qui a affecté les capacités de production (à Gaza), et pour combler ce manque de produits, nous avons décidé d’autoriser l’achat des produits sionistes », a annoncé Imad al-Baz, un sous-ministre adjoint.

Les produits israéliens entraient et étaient mis en vente dans la bande de gaza ces cinq dernières années, mais leur achat était officiellement condamné par le gouvernement du groupe terroriste du Hamas qui dirige l’enclave côtière.

« Nous avons décidé d’autoriser les produits israéliens à entrer pour ne pas bloquer le marché et pour que les produits soient disponibles [à Gaza] », se justifie al-Baz.