Alors que la situation se dégrade aux frontières de la bande de Gaza ces dernières semaines, les activistes pro-palestiniens se servent de Twitter pour publier des photos et des « informations de l’intérieur » depuis le territoire de Gaza.

Ils utilisent le hashtag #GazaUnderAttack et tweetent des images d’immeubles en feu et de victimes ensanglantées. Il y a eu plus de 375 000 tweets ces sept derniers jours.

Mais une enquête de BBCTrending, qui surveille les médias sociaux, révèle que de nombreuses photos sont des images de conflits antérieurs tels que l’opération Plomb durci de 2009 ou des conflits d’un différent pays tel que la Syrie ou l’Irak.

« Je dois être honnête, j’ai découvert récemment que l’une des images que j’ai retweetée était une photo de Syrie et je l’ai effacée », raconte l’une des femmes interviewée par la BBC.

« C’est décevant que ces images soient partagées aussi rapidement. J’imagine que c’est la différence entre Internet et un journal crédible où les photos proviennent d’une source sûre et sont créditées ».

Une jeune fille de 16 ans qui a été interviewée par la BBC a expliqué qu’elle avait utilisé ces photos sur Twitter pour « illustrer » ses propos et ne s’attendait pas du tout à être retweeté 1 800 fois.

« Si vous imaginez des bombes qui explosent, c’est à peu près à quoi cela ressemble », ajoute-t-elle.

La BBC recommande à toutes les personnes qui utilisent les médias sociaux de vérifier que les images qu’elles partagent soient fidèles à la réalité.