Une œuvre de charité britannique qui récolte de l’argent pour une chaîne de télévision missionnaire musulmane basée à Dubaï fait l’objet d’une amende de 250 000 livres (317 000 euros) pour avoir diffusé des contenus antisémites.

Selon le Times of London, la fondation internationale pour la recherche islamique (FIRI), basée à Birmingham et indirectement financée par des exemptions fiscales britanniques, a donné la plupart de ses revenus caritatifs des deux dernières années à Peace TV.

La station est dirigée par Zakir Naik, un prêcheur musulman qui est également administrateur de la fondation, et a été interdit du territoire britannique en 2010 pour des déclarations extrémistes qui « soutenaient ouvertement Oussama Ben Landen, étaient antisémites et autrement inacceptables », selon des documents du tribunal cités par le Times.

La semaine dernière, Peace TV a été réprimandée par l’autorité de diffusion britannique pour la diffusion l’année dernière de conférences d’un chercheur islamique nommé Israr Ahmad, qui est mort en 2010, qui semblaient accuser les juifs de l’Holocauste.

« C’est la marque d’une race maudite, que malgré la grâce divine de Dieu ils ne prennent pas avantage de l’opportunité de se repentir, ce qui est la raison pour laquelle ils se sont vus infligés de grandes calamités notamment par les Allemands, » avait déclaré Ahmad dans une diffusion de Peace TV Urdu l’année dernière, ont découvert les officiels britanniques.

La chaîne en continu est indirectement financée par des exemptions fiscales britanniques, a révélé le Times, puisque la FIRI o obtenu 77 000 livres d’exemptions fiscales pour ses donations en 2015, une année pendant laquelle 770 000 livres, sur un revenu total de 972 000 livres, ont été données à Peace TV.

En 2014, ce chiffre était de plus d’un million de livres pour un revenu total de 1,16 million de livres.

La FIRI est une organisation missionnaire islamique qui décrit son objectif comme soutenir « la présentation adéquate, la compréhension et l’appréciation de l’islam ».

Peace TV, dont le service en anglais a été lancé en 2006, revendique une audience de 100 millions de personnes dans le monde, dont un quart ne serait pas musulman selon elle. Le Times a souligné qu’elle avait également une histoire de messages troublants, avec un programme de 2009 qui « semblait approuver la violence domestique » et un de 2012 dans lequel Naik lui-même « semblait soutenir le meurtre de musulmans qui ont renoncé à leur foi ».

Sa dernière diffusion a pu dépasser la limite des règles de diffusion au Royaume-Uni, et le régulateur des associations caritatives du Royaume-Uni a déclaré qu’il prendrait des mesures contre la FIRI pour le contenu « très blessant et hautement offensant » de son programme de 2015.

Peace TV s’est excusée pour la plus récente faute, un porte-parole déclarant qu’il s’agissait d’une « erreur affreuse » et que « des mesures ont été prises pour être sûr que cela ne puisse plus arriver ».