Le chef du parti travailliste britannique Jeremy Corbyn a appelé le gouvernement a enquêter sur « les interférences inappropriées dans notre politique démocratique », après qu’un fonctionnaire de l’ambassade israélienne a été enregistré, disant vouloir « faire tomber » plusieurs politiques britanniques qu’il juge hostiles à Israël.

Les propos de Shai Masot, décrit par Israël comme un jeune employé de l’ambassade, étaient adressés à une ancienne adjointe d’un député britannique conservateur durant une réunion. Cette réunion avait pour thématique d’aborder la façon de discréditer les députés anti-Israël et s’est déroulée dans un restaurant londonien. Un journaliste d’Al-Jazeera, qui s’est fait passer pour un activiste pro-Israël a filmé la scène.

L’enregistrement fait partie d’une série de quatre enregistrements diffusés par Al-Jazeera, intitulée The Lobby. La chaîne a affirmé vouloir exposer la façon dont le lobby israélien influence la politique britannique.

L’ambassadeur d’Israël en Grande-Bretagne, Mark Regev s’est personnellement excusé au vice-ministre des Affaires étrangères Alan Duncan, l’un des politiciens nommés par Masot. Le Bureau des Affaires étrangères britanniques a déclaré que l’affaire était close. Masot a démissionné après la diffusion des vidéos.

Un employé de l'ambassade israélienne en Grande-Bretagne, Shai Masot filmé en caméra cachée en janvier 2017 (Crédit : Capture d'écran YouTube)

Un employé de l’ambassade israélienne en Grande-Bretagne, Shai Masot filmé en caméra cachée en janvier 2017 (Crédit : Capture d’écran YouTube)

Dans une lettre adressée au Premier ministre britannique Theresa May, Corbyn a écrit : « De nombreux membres du parlement et du public sont concernés par cette preuve de tentative de sabotage de l’intégrité de notre démocratie. Je suis convaincu que vous conviendrez que de telles interférences inappropriées dans le processus démocratique de ce pays ne sont pas acceptables. » Il a décrit la situation comme « un problème de sécurité nationale ».

Corbyn a été accusé de ne pas endiguer l’antisémitisme croissant au sein du parti Labour. En effet, certains membres et députés ont été suspendus pour leurs propos racistes et antisémites sur les réseaux sociaux ou dans des instances internationales.

Fervent détracteur d’Israël, Corbyn a qualifié, en 2009, le Hezbollah et le Hamas « d’amis » après avoir convié des représentants de ces deux groupes terroristes au Parlement britannique. Il est accusé d’encourager l’animosité à l’encontre Israël et les juifs, en ne prenant pas ses distances avec des groupes de la trempe du Hamas.