Une école élémentaire ultra-orthodoxe pour filles de Londres pourrait être dans l’obligation de fermer après avoir échoué à répondre aux normes gouvernementales parce qu’elle n’aborde pas les questions liées à l’homosexualité et à la transsexualité.

L’école pour filles de Vishnitz, une école privée élémentaire située dans le faubourg de Londres de Stamford Hill, a échoué trois visites consécutives menées par l’OFSTED, l’organisme chargé de l’inspection des établissements scolaires, selon un rapport diffusé le mois dernier.

Même si l’école a bénéficié d’un compte-rendu positif dans la majorité des domaines, elle a échoué à l’inspection parce que « [les personnels] n’enseignent pas aux élèves toutes les caractéristiques protégées, en particulier celles relatives à la ré-attribution de genre et à l’orientation sexuelle ».

L’école, qui accueille 212 élèves entre trois et huit ans, a reçu la note « bien » il y a quatre ans. Mais le gouvernement pourrait aujourd’hui l’obliger à fermer ses portes.

Selon le rapport de l’OFSTED, les valeurs religieuses de l’école impliquent qu’elle ne peut se conformer aux exigences gouvernementales. « Le propriétaire et les dirigeants reconnaissent que la politique de l’école sur les caractéristiques protégées signifie que l’école ne peut se conformer à ces normes », établit le rapport.

« L’approche de l’établissement implique que les élèves ne vont pas apprendre certaines différences entre les gens comme l’orientation sexuelle », écrivent les inspecteurs. « Ce qui signifie que les élèves ont une compréhension limitée des différents styles de vie et partenariats que les individus peuvent choisir dans la société d’aujourd’hui ».

Les inspecteurs ont décrété la nécessité que l’école, qui dépend de la communauté hassidique locale de Vizhnitz, puisse couvrir « tous les domaines d’apprentissage requis pour cette classe d’âge, de trois à huit ans et de trois à douze ans ».

L’OFSTED a également reconnu que l’école montrait de la tolérance envers les autres cultures et systèmes de valeurs. « La culture de l’école est, toutefois, clairement focalisée sur l’enseignement du respect de tous, indépendamment des croyances et du style de vie », dit le rapport.

Le personnel est salué également, le document établissant « la bonne connaissance des sujets par les enseignants et des ressources scolaires de haute qualité qui inspirent l’enthousiasme de l’apprentissage et de la réussite aux élèves ».

Et pourtant, l’école se trouve menacée de fermeture en raison de son incapacité à enseigner les orientations sexuelles différentes.

Les Juifs hassidiques tentent de se protéger de nombreuses façons des cultures modernes qui, selon eux, sont contradictoires avec le style de vie qu’ils ont eux-mêmes choisi. Les inspecteurs ont noté que « la majorité des filles parlent le yiddish en première langue ».

La communauté ultra-orthodoxe est connue pour sa séparation stricte des sexes lors des événements publics et des normes extrêmement élevées de pudeur dans les vêtements. Il est demandé aux membres de la communauté d’éviter d’utiliser Internet et les smartphones et les discussions sur la sexualité se passent dans le cadre de la famille plutôt qu’à l’école.

Les Juifs orthodoxes considèrent l’homosexualité et la transsexualité comme interdits par la loi juive.