WASHINGTON – Nicolas Lowinger avait 5 ans lorsque sa mère l’emmena jouer avec des enfants habitant dans un abri pour SDF de Rhode Island.

Malgré son jeune âge, il remarqua rapidement que de nombreux enfants portaient des chaussures soit trop grandes, soit trop petites, déchirées de toutes parts ou partagées par plusieurs personnes à la fois.

« Je savais que je devais faire quelque chose de plus », raconte Lowinger, se rappelant comment il fit don de ses propres chaussures.

En 2010, Lowinger saisit l’occasion lorsqu’il fut chargé de présenter un projet de service pour sa bar mitsva.

Il commença à collecter des fonds et à récupérer des chaussures neuves pour les donner aux enfants vivant dans les abris du quartier. Son entreprise se transforma bientôt en organisation à but non lucratif dirigée par des bénévoles, la Gotta Have Sole Foundation, qui a réuni 250 000 dollars (180 000 euros) et distribué des chaussures neuves à 15 000 enfants dans 35 pays.

L’organisation a récemment élargi son champ d’action avec deux nouveaux projets. Le premier vise à offrir aux anciens combattants qui vivent en dessous du seuil de pauvreté des cartes-cadeaux pour des magasins de chaussures. Le second envisage de fournir de nouvelles chaussures de sport à des enfants issus de milieux défavorisés.

Pour son travail avec Gotta Have Sole, Lowinger, 16 ans et étudiant en deuxième année à la Wheeler School de Providence (Rhode Island), a reçu le prix Teen Diller Tikkun Olam en 2013. Il espère élargir le rayon d’action de l’organisation à l’ensemble des 50 États américains d’ici à l’obtention de son diplôme universitaire.

« Savoir que je peux avoir ce genre d’influence et changer la vie de quelqu’un pour le meilleur, cela me procure un sentiment incroyable », affirme Lowinger. « Chacun d’entre nous [à Gotta Have Sole] faisons la différence. »

Lowinger s’est confié sur ses grandes influences dans la vie, sur ses plats juifs favoris et sur ce qu’il aime faire pour avoir le sentiment d’être un adolescent normal.

Qui ou quelles ont été les plus grandes influences dans votre vie jusqu’à présent ?

Ma mère a eu une énorme influence sur ma vie parce que sans elle, je n’aurais jamais rien fait sur ce sujet. C’est une femme extraordinaire. Son cœur est immense et elle aide tout le temps les autres. Cela a déteint sur moi, parce que c’est une si grande partie de ma vie.

Quel est votre plat juif préféré ?

J’ai toujours beaucoup aimé la poitrine [de bœuf ou de veau]. Ma grand-mère cuisine toujours de la poitrine pour les fêtes [juives]. Cela me fait rappelle la famille et le fait d’être ensemble. Ce n’est pas seulement délicieux : ça a aussi une signification sentimentale.

Si vous pouviez déjeuner ou prendre un café avec n’importe qui et lui parler de Gotta Have Sole, de qui s’agirait-il ?

De Michelle Obama en raison de sa campagne Let’s Move et de son profond engagement pour la santé des enfants.

Que pensez-vous faire quand vous « grandirez » ? Qu’aimeriez-vous accomplir professionnellement dans dix ans ?

Je voudrais faire du droit. Je pense que c’est un domaine parfait pour moi. Je fais partie d’un groupe de débat à l’école et j’aime l’histoire.

Quels conseils donneriez-vous à d’autres jeunes qui veulent présenter un projet de service pour leur bar ou leur bat mitzva ?

Trouvez quelque chose qui vous passionne et venez avec une idée. Passez à l’action. Peu importe la taille de votre projet.

Quel genre d’activités aimez-vous pratiquer pour vous amuser ?

J’aime jouer au tennis, faire de la basse, être avec mes amis, et tout simplement vivre comme un adolescent normal.