L’ancienne plume de l’ancien président Nicolas Sarkozy, fait part de son opposition au principe même du vote qui aura lieu aujourd’hui concernant la reconnaissance d’un État palestinien, selon Le Parisien.

« Un Parlement n’est pas fait pour émettre des vœux. Je ne prendrai pas part au vote. (…) Penser qu’on va forcer l’un ou l’autre des protagonistes en les mettant au pied du mur est une erreur, » a-t-il confié.

La proposition de résolution française fait suite à l’adoption le mois dernier d’une position similaire à la Chambre des communes britannique et à la Chambre haute irlandaise.

En octobre, le Premier ministre suédois Stefan Löfven déclarait que son pays reconnaîtrait la « Palestine ». Un autre projet de résolution a été présenté au Congrès des députés espagnol plus tard ce mois-ci.

Israël soutient que l’Etat palestinien ne doit être reconnu qu’après une entente des deux parties sur les modalités de sa création, mais les négociations entre les parties sont pour l’instant gelées.