Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a plaidé mercredi pour un renforcement des institutions nationales libanaises et surtout de l’armée du Liban, en réponse lors d’une conférence de presse à une question sur l’influence du mouvement terroriste chiite Hezbollah.

« En ce qui concerne les autorités libanaises et la communauté internationale, pour moi la question clé c’est le renforcement des institutions nationales libanaises et surtout de l’armée libanaise », a déclaré l’ancien Premier ministre portugais.

« Il faut donner au Liban tous les attributs nécessaires à l’exercice effectif et total de sa souveraineté. Une question clé de mon point de vue c’est le renforcement de l’armée libanaise », a-t-il insisté.

« Mon appel à la communauté internationale, c’est de garantir au Liban tout appui […] pour qu’il puisse renforcer ses institutions et notamment son armée ». « C’est la meilleure mesure préventive qu’on puisse avoir en relation avec les risques de conflit qui pourraient exister entre Israël et les milices du Hezbollah. »

Un membre du Hezbollah dans un champ proche de Naqura, à la frontière libano-israélienne, le 20 avril 2017. (Crédit : Joseph Eid/AFP)

Un membre du Hezbollah dans un champ proche de Naqura, à la frontière libano-israélienne, le 20 avril 2017. (Crédit : Joseph Eid/AFP)

Le rôle de la Mission de Casques bleus dans le sud du Liban (FINUL), dont l’efficacité a été récemment mise en doute par les Etats-Unis, est « de renforcer » l’armée libanaise afin d’être « un facteur de stabilité » dans la région. « Mais la question clé est la priorité et pour le Liban et pour la communauté internationale, c’est le renforcement de l’armée libanaise et de son rôle notamment dans le sud du Liban », a fait valoir le secrétaire général de l’ONU.

Israël et les Etats-Unis accusent le Hezbollah d’amasser des armes à la frontière avec l’Etat juif afin de préparer une nouvelle guerre.

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.