Le statut de Jérusalem ne peut être résolu que par une « négociation directe » entre Israéliens et Palestiniens, a déclaré mercredi le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres en rappelant avoir toujours été « contre toute mesure unilatérale ».

« Il n’y a pas d’alternative à la solution de deux Etats » avec « Jérusalem comme capitale d’Israël et de la Palestine », a ajouté le patron des Nations unies, après l’annonce du président américain Donald Trump d’une reconnaissance unilatérale de Jérusalem comme capitale de l’Etat juif.

« Dès le premier jour, en tant que secrétaire général des Nations unies, je me suis toujours opposé à toute mesure unilatérale qui compromettrait toute perspective de paix pour les Israéliens et les Palestiniens. La question de Jérusalem doit être résolue par des négociations directes entre les deux parties sur la base des résolutions du Conseil de sécurité et de l’Assemblée générale en tenant compte des préoccupations légitimes des parties palestinienne et israélienne. Je comprends l’attachement profond de tant de personnes pour Jérusalem. Cela a été le cas pendant des siècles et cela sera toujours ainsi. En ces temps de grande anxiété, je tiens à préciser qu’il n’y a pas d’alternative à la solution à deux États. Il n’y a pas de plan B. C’est seulement en parvenant à deux États qui vivent côte à côte dans la paix, la sécurité et la reconnaissance mutuelle – avec Jérusalem comme capitale d’Israël et de la Palestine – et après des négociations permanentes que les aspirations légitimes des deux peuples seront atteintes. Pour ma part, en tant que secrétaire général des Nations unies, je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour aider les dirigeants israéliens et palestiniens à reprendre la voie vers des négociations constructives et à réaliser cette vision d’une paix durable pour les deux peuples, » a écrit le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres dans un communiqué plus tard.