A droite de l’échiquier politique, le parti Habayit Hayehudi a appelé la ministre de la Justice, Tzipi Livni, à quitter le gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu, samedi soir.

La raison : sa rencontre jeudi à Londres avec le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas constitue une violation de la politique officielle.

« Tzipi Livni a perdu depuis longtemps tout contact avec l’électeur israélien, et avec ses dernières réunions, elle a fini par devenir un satellite qui a perdu tout contact avec la terre », ont déclaré des sources de Habayit Hayehudi dans un communiqué.

Et de continuer, Livni « a voté devant le cabinet en faveur d’un gel du processus de paix suite au pacte Fatah-Hamas, pour ensuite s’envoler pour Londres, désavouant cette décision. Si elle a du mal à respecter les résolutions du cabinet, la porte de sortie est ouverte. »

La réunion de jeudi fut la première entre le président de l’AP et un haut responsable israélien depuis l’échec des pourparlers de paix le mois dernier. La rencontre a suivi des réunions séparées à Londres avec le Secrétaire d’Etat américain John Kerry.

Selon la Deuxième chaîne Livni, déléguée israélienne des pourparlers de paix, aurait souligné à Abbas la gravité de la création d’un gouvernement d’union entre le Fatah et le Hamas.

Dans le sillage du pacte d’unité, le cabinet de sécurité israélien, dont Livni est membre, a voté à l’unanimité la suspension des négociations avec l’AP, car Israël ne peut négocier avec un gouvernement soutenu par le Hamas, une organisation terroriste islamique vouée à sa destruction.

Le bureau de Livni a déclaré vendredi que le Premier ministre Benjamin Netanyahu était au courant de la réunion.

Pourtant, le commentateur de la Deuxième chaîne Amnon Abramowitz a précisé que selon des sources non identifiées à Jérusalem, le Premier ministre serait « furieux » de cette initiative.

Kerry a rencontré Abbas mercredi et Livni jeudi, quelques semaines seulement après une stagnation dans les efforts acharnés du haut diplomate américain de négocier un traité de paix.

Selon des responsables américains, la rencontre entre Kerry et Livni n’était pas programmée, mais a spontanément eu lieu, tandis que les deux parties se trouvaient à Londres.

L’AFP contribué à cet article.