La députée Habayit Hayehudi Orit Struck a déclaré dimanche que son parti quitterait le gouvernement si le Premier ministre libérait le dernier contingent de prisonniers. La libération était prévue pour samedi.

« Nous n’accepterons aucune nouvelle libération de prisonniers, » a annoncé Struck lors d’une interview avec la chaîne de la Knesset.

« Nous ne l’accepterons pas, au point que Habayit Hayehudi quittera [le gouvernement]. »

L’accord, qui a permis la reprise en juillet des négociations après trois ans de suspensio,n prévoit la libération, en quatre contingents, de 104 prisonniers incarcérés par Israël avant les accords israélo-palestiniens de 1993, en contrepartie de la suspension de toute démarche palestinienne pour adhérer aux organisations internationales, y compris les juridictions à compétence mondiale.

Israël a jusqu’à présent libéré 78 des prisonniers en trois fois, mais les ministres avaient averti qu’ils empêcheraient la libération du dernier contingent, qui devait avoir lieu samedi si les Palestiniens refusaient de prolonger les négociations au-delà de la date butoir du 29 avril.

Les Palestiniens demandent que 20 Arabes israéliens soient compris dans le groupe. Cette dernière demande est vivement critiquée par les députés de droite, ainsi que par de nombreux membres du parti Likud de Netanyahu.

La semaine dernière, le vice-ministre de la Défense, Danny Danon, a menacé de démissionner si la libération avait lieu comme prévu.

« Le Premier ministre et les parties concernées ont encore le temps de réaliser à quel point cette libération est dangereuse. J’espère qu’ils prendront la décision adéquate pour protéger nos intérêts nationaux, » avait déclaré Danon.

« Mais s’ils ne le font pas, je ne resterai pas sans rien faire alors que l’État d’Israël s’enfonce encore plus, portant atteinte à la sécurité de son peuple. »

JTA a contribué à cet article.