L’armée israélienne a annoncé dimanche matin la mort du sous-lieutenant Hadar Goldin, porté disparu depuis vendredi alors qu’il combattait dans la bande de Gaza.

« Une commission spéciale menée par le rabbin en chef de l’armée a annoncé la mort de l’officier d’infanterie Hadar Goldin, tué au combat vendredi dans la bande de Gaza », a indiqué un communiqué militaire.

« Avant cette annonce, toutes les considérations médicales, religieuses (…) ont été prises en compte », a ajouté le communiqué tandis qu’une porte-parole de l’armée, interrogée par l’AFP, refusait de confirmer ou d’infirmer si le corps ou une partie du corps du soldat avait été retrouvé.

Agé de 23 ans, le sous-lieutenant Goldin avait été porté disparu après une attaque menée par un commando palestinien dans la bande de Gaza.

L’armée israélienne avait déclaré vendredi que le soldat avait probablement été enlevé. Mais la branche armée du Hamas, tout en endossant la responsabilité de l’attaque, avait indiqué ne rien savoir du sous-lieutenant Goldin, et estimé qu’il avait été tué avec le commando palestinien dans un bombardement israélien.

Dans la soirée de samedi, les médias israéliens avaient vu dans le déplacement au domicile des parents du soldat du ministre de la Défense Moshé Yaalon et du rabbin en chef de l’armée Rafi Peretz le signe d’une annonce imminente à propos du soldat.

Des centaines d’anonymes mais aussi les parents des trois jeunes israéliens kidnappés et tués en Cisjordanie début juin s’étaient rassemblés samedi soir devant le domicile de la famille Goldin à Kfar Saba (centre), selon les médias.

La mère du sous-lieutenant Hadar Goldin a « exigé » samedi qu’Israël ne retire pas ses troupes de la bande de Gaza tant que son fils, disparu vendredi, n’aurait pas été récupéré.

Soixante-quatre soldats sont morts dans les combats entamés le 8 juillet, le bilan le plus lourd pour l’armée israélienne depuis sa guerre contre le Hezbollah libanais en 2006.