Le Tribunal du district de Jérusalem a accédé mardi à la demande de suspension de procédure formulée par les hôpitaux Hadassah, les protégeant temporairement contre leurs créanciers.

La cour a également nommé deux fiduciaires chargés d’élaborer un plan de réaménagement des hôpitaux, dont le déficit s’élève actuellement à 1,7 milliards de shekels [353 millions d’euros].

La procédure a été initiée afin de « soutenir la société, de la reconstruire au profit des créanciers, des salariés et de l’entreprise dans son ensemble, et de parvenir à un compromis raisonnable, équilibré et acceptable pour la plupart des créanciers », écrit le juge David Mintz dans sa décision.

Le jugement est une victoire pour les hôpitaux. Ils pourront continuer à fonctionner pendant 90 jours avec la même direction, actuellement sous l’autorité du docteur Avigdor Kaplan, mais leurs créanciers ne pourront recouvrer leurs dettes et les employés de l’hôpital recevront en moyenne 90% de leur salaire.

Kaplan a annoncé lundi que les salariés gagnant moins de 10 000 shekels [2080 euros] par mois seront intégralement payés.

Les deux fiduciaires auront le pouvoir de modifier les conventions collectives des employés de manière unilatérale. Il s’agit de Lipa Meir, choisie par Hadassah, et d’Asher Axelrod.

L’Association Médicale d’Israël a contesté la nomination de Lipa Meir comme administratrice, en raison de son affiliation à la caisse d’assurance maladie Clalit, l’un des principaux créanciers de Hadassah.

En nommant les fiduciaires, le juge David Mintz a affirmé que la familiarité de Lipa Meir avec l’entreprise était un atout. Toutefois, afin de répondre à un éventuel conflit d’intérêt, il a nommé un second fiduciaire, l’avocat Asher Axelrod, qui doit confirmer aujourd’hui s’il accepte ou non sa nomination.

« Nous sommes heureux que le juge ait compris qu’il fallait deux camps pour parvenir à un accord et que Lipa, avec tout le respect qui lui est dû, ne sera pas la seule administratrice en cas de conflit d’intérêt », a annoncé l’Association Médicale d’Israël dans un communiqué.

Les administrateurs devront notifier au tribunal dans les cinq prochains jours le type de garantie qu’ils proposeront aux créanciers, la façon dont ils envisagent de résoudre les questions de dettes sociales et de paiement de l’assurance contre l’erreur médicale.

L’hôpital de Rambam à Haïfa est le seul établissement à ne pas avoir participer à la grève.

« Il y aura des réductions et les salaires extravagants n’auront plus cours » a annoncé Yael German, sur la chaîne de télévision Channel 2. « Les employés de Hadassah recevront des salaires équivalents à ceux de leurs collègues dans les autres hôpitaux publics. »