Le grand rabbin de France Haïm Korsia s’est inquiété dimanche du sort des « minorités persécutées d’Orient », appelant à réagir plus « promptement » qu’on ne l’a fait « lors de la Shoah », à l’occasion d’une cérémonie en mémoire des Martyrs de la déportation.

« La situation actuelle des minorités religieuses dans le monde, et en particulier en Orient, entre hélas en résonance avec la commémoration d’aujourd’hui », a dit Haïm Korsia dans la grande synagogue de la Victoire, à Paris.

Il a fait référence aux « chrétiens affublés du « noûn » de l’infamie, comme nos parents l’étaient de l’étoile jaune, les centaines de Yazidis enterrés vivants, les femmes vendues comme esclaves ».

Le caractère arabe « noûn » est utilisé en Irak par les islamistes pour désigner les maisons chrétiennes (n comme Nazaréens).

« Qui se lèvera pour les minorités persécutées d’Orient? », a-t-il demandé, selon le texte de son discours transmis à l’AFP.

« La douleur de la Shoah, des siècles de massacres et de persécutions, ont sculpté dans le judaïsme un amour de l’Humanité : oui, la barbarie nous touche. En tant que Français et en tant que juif, elle nous touche doublement. »

Le grand rabbin a « formé le voeu d’une réaction plus prompte des nations, de l’Europe, de la France, de notre monde attaqué en ses racines, que celle qui prévalut lors de la Shoah ». « Que nous n’arrivions pas trop tard ! », a-t-il lancé.

La communauté juive de France est la première communauté juive d’Europe.