Le grand rabbin de France, Haim Korsia, a présenté lundi soir ses condoléances au peuple allemand, après une attaque terroriste présumée à Berlin.

Au moins 12 personnes sont mortes et des dizaines ont été blessées lundi soir, quand un camion a foncé sur des piétons au marché de Noël de la place Breitscheidplatz de Berlin, près de l’église du Souvenir.

En juillet, plus de 80 personnes étaient mortes et des centaines avaient été blessées dans des circonstances similaires à Nice, dans le sud de la France, quand un islamiste avait conduit son camion dans la foule de la Promenade des Anglais.

« De tout cœur avec les Berlinois et l’ensemble du peuple allemand », a écrit sur Twitter le grand rabbin de France.

« Mes prières vous accompagnent », a-t-il écrit, ajoutant les hashtags #Berlin, #Breitscheidplatz et #IchbineinBerliner, une citation du célèbre discours de 1963 du président américain John F. Kennedy à Berlin Ouest.

La police allemande a déclaré que le conducteur du camion avait initialement fui les lieux. Un homme suspecté d’être le chauffeur a été retrouvé près du site de l’attaque. Un autre homme, qui était dans la cabine du conducteur, est mort pendant l’incident, selon le Bild.

Après l’attentat du 14 juillet à Nice, le groupe terroriste Etat islamique avait affirmé que l’attaquant, Mohamed Lahouaiej Bouhlel, était l’un de ses « soldats ».

Des vidéos de l’attentat de Berlin montrent un camion noir dont l’avant est coincé entre les stands du marché, au milieu de cartons et de caisses renversés.

Le mois dernier, le département d’Etat américain avait prévenu les voyageurs qu’il existait un risque élevé d’attaques terroristes en Europe pendant la période des fêtes.

Le département d’Etat avait écrit sur son site internet que « les citoyens américains doivent être prudent pendant les festivals, les évènements et les marchés extérieurs de la période des fêtes. »

La police bloque une route menant à une scène où un camion a foncé dans un marché de Noël de Berlin, tuant plusieurs personnes et en blessant au moins 50, le 19 décembre 2016. (Crédit : John MacDougall/AFP)

La police bloque une route menant à une scène où un camion a foncé dans un marché de Noël de Berlin, tuant plusieurs personnes et en blessant au moins 50, le 19 décembre 2016. (Crédit : John MacDougall/AFP)

Ces derniers mois, les agences de renseignements d’Europe de l’Ouest ont ajouté des églises aux listes de sites à risque, qui comprennent depuis des années des synagogues et d’autres institutions juives.

En juillet, deux attaquants qui avaient prêté allégeance à l’Etat islamique ont tué un prêtre pendant une attaque contre l’église de Saint-Etienne-du-Rouvray, dans la banlieue de Rouen, au nord ouest de Paris. Ils ont crié « Allahu Akbar », Dieu est grand en arabe, avant d’égorger le prêtre.

En 2012, Mohammed Merah avait tué quatre juifs, le rabbin Jonathan Sandler et trois enfants, Gabriel et Aryeh Sander et Myriam Monsonégo, dans une école juive de Toulouse.

En 2014, quatre personnes avaient été assassinées au musée juif de Belgique, ce que les procureurs belges avaient qualifié d’attaque terroriste, perpétrée par l’islamiste français Mehdi Nemmouche. Il avait démenti les accusations et est jugé en Belgique. L’année dernière, quatre juifs avaient été tués pendant un attentat terroriste dans un supermarché HyperCacher de Paris, Yohan Cohen, Philippe Braham, François-Michel Saada et Yoav Hattab.