L’Autorité palestinienne a arrêté des dizaines d’activistes du Hamas en Cisjordanie, dimanche soir et lundi matin, dans une opération qui, selon le Hamas, irait à l’encontre d’une décision de l’OLP visant à mettre fin à la coordination sécuritaire avec Israël.
Selon al-Resalah, le quotidien du Hamas, les forces palestiniennes et israéliennes ont appréhendé plus de 80 responsables du Hamas, y compris des prisonniers libérés, des travailleurs dans le domaine caritatif et des étudiants.

L’Autorité palestinienne, dirigée par le Fatah, a continué à procéder à des arrestations contre les membres du Hamas en Cisjordanie, en dépit d’un accord d’unité conclu entre les mouvements rivaux en juin dernier.

L’Autorité palestinienne a été encouragée dans sa politique de répression par la décision d’un tribunal égyptien qualifiant le mois dernier le Hamas d’organisation terroriste.

L’armée israélienne a refusé de commenter l’arrestation au Times of Israel et le raid n’a pas été confirmé par l’AP.

Le responsable du Hamas, Ismail Radwan, a déclaré lundi à l’agence de presse Quds que les raids sont la preuve que la décision prise le 5 mars par le Conseil central de l’Organisation de libération de la Palestine pour mettre fin à la coopération sécuritaire avec Israël « ne valait pas le papier sur lequel elle a été écrite ».

« Cette campagne vicieuse contre le mouvement prouve que le Fatah ne veut pas de la réconciliation, et essaie constamment de la contrecarrer par des arrestations et d’autres mesures quotidiennes », a déclaré Radwan.

« Au lieu de mettre en œuvre les décisions du Conseil central de l’OLP en cessant la coordination de la sécurité et en reprenant les pourparlers de réconciliation (…) l’Autorité palestinienne poursuit sa coordination sécuritaire et sa politique d’arrestations politiques contre les dirigeants du Hamas et ses anciens prisonniers. »

Des supporters du Hamas à un rassemblement à Ramallah (Crédit : Issam Rimawi/Flash 90)

Des partisans  du Hamas à un rassemblement à Ramallah (Crédit : Issam Rimawi/Flash 90).

Le porte-parole du Hamas, Husam Badran, a déclaré que les arrestations étaient directement liées à la reconnaissance récente par le Shin Bet que 80 % des attaques de « résistance » en Cisjordanie étaient l’œuvre du Hamas.

« Le but de ces arrestations est de prouver à l’occupation que les services de sécurité [palestiniens] effectuent ce qu’on attend d’eux », a écrit Badran sur Facebook lundi matin.

« Nous faisons porter l’entière responsabilité de cette campagne contre le Hamas sur le président Mahmoud Abbas et le Premier ministre [Rami] Hamdallah », a-t-il ajouté.

Par ailleurs, les forces de sécurité de l’AP ont récemment arrêté à Ramallah trois activistes du Hamas soupçonnés d’avoir vandalisé une stèle à la mémoire du pilote jordanien Muaz Kasasbeh (qui avait été brûlé vif par l’Etat islamique en janvier). Le mémorial a été rempli de graffitis à la gloire de l’Etat islamique.