Ismaïl Haniyeh, le chef du Hamas à Gaza, a affirmé vendredi que la branche armée du mouvement islamiste avait trouvé la semaine dernière un dispositif israélien permettant de localiser les tunnels creusés aux frontières du territoire palestinien.

Haniyeh a déclaré qu’il y a dix jours, la branche militaire « a découvert un engin souterrain sur lequel étaient installées des caméras et des capteurs pour surveiller les tunnels et les combattants ».

Selon le site d’informations Ynet, Haniyeh faisait référence à une enquête du Hamas sur une série d’effondrements de tunnels dans la bande de Gaza ces dernières semaines, qui ont tué au moins dix de ses membres.

S’exprimant pendant son prêche lors de la prière musulmane du vendredi dans le camp de réfugiés de Chati où il vit, Haniyeh a déclaré que la découverte donnait un « avantage » à son mouvement.

« Il n’y a aucune guerre contre Gaza qui se profile à l’horizon », a déclaré Haniyeh malgré la persistance des tensions entre Israël et le Hamas.

« L’occupant se lance dans des manœuvres défensives et c’est la preuve que l’occupant ne se prépare pas à la guerre », a-t-il ajouté.

Evoquant les rencontres récentes entre dirigeants israéliens et turcs, il a estimé qu’elles « avaient beaucoup progressé sur la question du port de Gaza ».

Un haut responsable turc avait déclaré mardi que la Turquie et Israël étaient « proches » d’un accord sur la normalisation de leurs relations, en crise depuis l’assaut des forces israéliennes contre une flottille turque à destination de Gaza en 2010.

Il a également prévenu que Gaza possède maintenant ses propres moyens pour faire face à la menace militaire israélienne. « Nous avons un mécanisme de dissuasion – et je veux dire dissuasion », a-t-il déclaré sans plus de précision.

Les officiels du Hamas ont juré de continuer à construire des tunnels sous la frontière israélienne, même après les récents effondrements.

Extrait d'une vidéo du Hamas montrant un tunnel creusé sous la frontière israélienne, diffusée en août 2015. (Capture d'écran Ynet)

Extrait d’une vidéo du Hamas montrant un tunnel creusé sous la frontière israélienne, diffusée en août 2015. (Capture d’écran Ynet)

L’envoyé de l’ONU au Moyen Orient a déclaré mercredi que les menaces du Hamas de continuer à construire ces tunnels en Israël « n’aident pas » les efforts de reconstruction de Gaza, détruite par la guerre.

Nikolay Mladenov s’exprimait pendant une visite à Gaza pendant laquelle il a visité le quartier de Chajaya de Gaza ville, l’une des zones les plus touchées pendant la guerre de 2014 entre Israël et le Hamas, l’opération Bordure protectrice.

Ses remarques sont apparues comme une critique voilée visant le groupe, qui a lutté pour équilibrer son idéologie dure anti-Israël et les besoins pragmatiques de gestion du territoire. La reconstruction de Gaza a été lente, et Mladenov a déclaré que seul un tiers des fonds promis par les donneurs internationaux avaient été reçus.

Le chef d’Etat major israélien Gadi Eizenkot a déclaré la semaine dernière que l’armée avait employé près de 100 véhicules spécialisés à la frontière pour localiser et détruire les passages souterrains du Hamas en Israël.

La destruction des tunnels creusés sous la frontière hermétiquement close avec Israël était l’un des objectifs primordiaux du conflit de juillet-août 2014. Ces galeries peuvent servir à stocker des armes, déplacer les combattants mais aussi mener des incursions sur le sol israélien.

Pendant la guerre Israël – Hamas de 2014, des hommes armés palestiniens avaient émergé depuis les tunnels à plusieurs occasions pour piéger les forces israéliennes, tuant plusieurs soldats.

L’armée israélienne a déclaré avoir détruit plus de 30 tunnels du Hamas pendant le conflit de 50 jours en 2014, dont un tiers s’étendant sous la frontière de Gaza en Israël.

Fin 2014, l’Egypte a commencé à mettre en place une zone tampon à sa frontière avec Gaza, et a détruit des centaines de tunnels qui seraient selon elle utilisés pour de la contrebande d’armes et d’autres produits. En septembre dernier, les forces égyptiennes ont mené des travaux qui auraient mené selon les Palestiniens à l’inondation des derniers tunnels restant.

La semaine dernière, le ministre de l’Energie Yuval Steinitz a déclaré que les tunnels sous la frontière sud de Gaza avait été inondés par l’Egypte à la demande d’Israël. Son bureau a plus tard déclaré que ses remarques avaient été mal interprétées.