Le ministre britannique des Affaires étrangères, Philippe Hammond, a averti samedi que le pays pourrait connaître une augmentation des attaques antisémites suite aux combats dans la bande de Gaza.

« Evidemment, c’est un problème et nous avons déjà observé une reprise de la rhétorique antisémite », affirme-t-il.
Hammond, s’exprimant au Sunday Telegraph dans sa première interview depuis sa prise de fonctions en tant que chef de la diplomatie le mois dernier, a déclaré que la colère grandissait en Grande-Bretagne sur les actions israéliennes à Gaza.

« Le public britannique est convaincu que la situation de la population civile de la bande de Gaza est intolérable et doit être abordée – et nous sommes d’accord avec eux », a-t-il dit. « Ce qui m’a frappé le plus […] c’est que la communauté musulmane n’est pas la seule à réagir. Une large portion de l’opinion publique britannique se sent profondément troublée par ce qu’elle voit sur ​​ses écrans de télévision sur les événements à Gaza. »

Certains députés londoniens se sont également exprimés samedi soir, comme leader travailliste Ed Miliband, qui a blâmé le Premier ministre David Cameron pour son « silence inexplicable » au cours de la campagne israélienne à Gaza.

« Le Premier ministre a tort de ne pas s’être opposé à l’incursion d’Israël à Gaza. Et son silence sur la mort de centaines de civils palestiniens innocents entraînée par l’action militaire d’Israël sera inexplicable pour les gens », a-t-il affirmé, selon le Guardian. « Je suis un partisan d’Israël et je crois en son droit à l’auto-défense. Mais ses actions militaires de ces deux dernières semaines sont injustifiables ».

Miliband, qui a exprimé le désir de devenir le premier Premier ministre juif de Grande-Bretagne, a également félicité Cameron de fustiger le Hamas, précisant toutefois qu’il devrait jouer un rôle de premier plan dans les efforts de paix.
Un porte-parole de Cameron a rétorqué que Miliband profitait de la guerre pour « jouer à des jeux politiques ».

Si Cameron a exprimé son soutien pour le droit d’Israël à se défendre, il a ajouté que le nombre « important » de victimes civiles est une « une grave préoccupation » pour beaucoup au sein de la communauté internationale. « Les chiffres sont très inquiétants », dit-il.

« Ceux qui critiquent la réaction israélienne doivent se demander ce qu’ils attendraient de leur propre gouvernement si des centaines de roquettes devaient pleuvoir sur ​​les villes britanniques aujourd’hui », a-t-il dit le 21 juillet.