Repoussé depuis des mois par Sao Paulo, l’ancien dirigeant du mouvement des implantations Danny Dayan ne sera pas le prochain ambassadeur israélien au Brésil, a finalement reconnu dimanche le député du Likud Tzachi Hanegbi, qui dirige la commission des Affaires étrangères et de la Défense, pendant une discussion de la commission sur le refus du Brésil d’accepter les lettres de créances de Dayan.

« Nous ne devons pas nous faire d’illusions, Danny Dayan ne sera pas l’ambassadeur au Brésil. Nous condamnons le comportement du Brésil », a déclaré Hanegbi, un proche du Premier ministre Benjamin Netanyahu, ajoutant que Dayan « doit aller dans un endroit qui n’est pas moins important », selon le site internet Maariv.

Pendant la session de la commission, la députée du Likud Anat Berko a déclaré qu’Israël devait être prudent, que cette affaire Dayan ne devait pas créer un précédent pour d’autres pays souhaitant dicter leur volonté à Israël sur les diplomates qui le représenteraient.

Le directeur pour l’Amérique Latine au ministère des Affaires étrangères, Moti Efraim, était présent à la session de la commission et a déclaré que le ministère avait attendu une réponse du Brésil pendant six mois, « une réponse que nous n’avons toujours pas reçue, même s’il s’agit d’une situation sans précédent », selon Maariv.

Comme annoncé d’abord par le Times of Israel début décembre, le Brésil avait indiqué ne pas accepter la nomination de Dayan parce qu’il avait précédemment dirigé le conseil Yesha, qui représente les implantations en Cisjordanie.