Près d’un an après qu’Israël et des combattants basés à Gaza ont mené une guerre dévastatrice, le chef du Hamas, Ismaïl Haniyeh, a déclaré mardi soir que la capacité militaire palestinienne est plus forte aujourd’hui qu’elle ne l’était lors du conflit de l’été dernier.

La vantardise d’Haniyeh, qui agit de facto comme leader politique de la bande de Gaza, intervient après une évaluation du chef de l’agence de sécurité israélienne que l’organisation terroriste avait reconstruit ses capacités militaires en vue d’un futur conflit avec Israël.

S’exprimant lors d’une visite à Rafah, au sud de l’enclave, une ville contiguë à la frontière égyptienne, Haniyeh a affirmé que les groupes armés palestiniens, en particulier les Brigades Essedine al-Qassam, l’aile militaire du Hamas, était « plus forts » que pendant la guerre de Gaza, a rapporté le site palestinien d’information Safa.

Haniyeh a également salué une « ouverture » retrouvée et l’assouplissement des restrictions sur le groupe par « ceux qui avaient fait pression sur nous dans le passé », selon une source israélienne.

Ces commentaires sont une référence apparente à l’Egypte, qui a récemment retiré le Hamas de sa liste des organisations terroristes.