Arte diffuse ce soir le documentaire « Hannah Arendt – Du Devoir de la désobéissance civile ».

Hannah Arendt est née en 1906 à Hanovre en Allemagne et meurt en 1975 aux Etats-Unis. Brillante étudiante juive, elle entretient une relation amoureuse et intellectuelle avec Martin Heidegger, philosophe allemand, à partir de 1925 qui sera lié au parti nazi entre 1933 et 1944.

En 1933, Hannah Arendt fuit le nazisme, transite par la France et finit par rejoindre les Etats-Unis via le Portugal grâce à l’obtention illégale d’un visa.

Hannah Arendt, qui refuse de se qualifier de philosophe, définit sa profession en d’autres termes. « Mon métier c’est la théorie politique, je veux comprendre, » explique-t-elle.

Ses écrits se concentrent sur le totalitarisme tels que son plus célèbre ouvrage « Les Origines du totalitarisme » paru en 1951. Elle est également l’auteure de « Condition de l’homme moderne » et « La Crise de la culture ».

En 1963, elle couvre le procès d’Adolf Eichmann qui a lieu à Jérusalem. A la suite de ce procès, elle publie « Eichman à Jérusalem », ouvrage qui reste a ce jour controversé. Pour cette dernière, Adolf Eichmann incarne « la banalité du mal ».

Hannah Arendt est aujourd’hui considérée comme avoir inspiré de nombreux mouvements de désobéissance civile. Ce documentaire revient sur cet héritage à travers des portraits de jeunes résistants en Egypte, à Hong Kong, en Ukraine mais aussi en Israël et dans les territoires palestiniens.