Israël va démolir la maison du terroriste qui a tué trois Israéliens mardi matin et en blessé un quatrième devant l’implantation de Har Adar, au nord ouest de Jérusalem, a annoncé le Premier ministre Benjamin Netanyahu quelques heures après l’attentat.

Il a placé la responsabilité de l’attentat sur les « incitations systématiques » à la violence et a appelé Mahmoud Abbas, le président de l’Autorité palestinienne (AP), à le condamner.

« Cela a été une matinée difficile ; trois Israéliens ont été assassinés par un individu vicieux », a dit Netanyahu à ses ministres lors d’une réunion du cabinet à Jérusalem.

« Nous enquêtons toujours sur l’évènement et ses implications, mais nous pouvons dire dès maintenant certaines choses avec certitude. Un : la maison du terroriste sera démolie. Deux : l’armée israélienne a déjà bouclé le village. Trois : tous les permis de travail des membres de la famille étendue du terroriste sont dès à présent révoqués. »

Secouristes et forces de sécurité sur les lieux d'un attentat devant l'implantation de Har Adar, le 26 septembre 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Secouristes et forces de sécurité sur les lieux d’un attentat devant l’implantation de Har Adar, le 26 septembre 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

« Cet attentat meurtrier est la conséquence, entre autres choses, de l’incitation systématique [à la violence] de l’Autorité palestinienne et d’autres éléments, et j’attends d’Abu Mazen [Abbas] qu’il le condamne et ne tente pas de le justifier », a dit Netanyahu.

Les forces de sécurité d’Israël vont continuer à agir contre l’incitation et le terrorisme, a promis le Premier ministre. « Et, bien sûr, nous conclurons l’enquête sur l’attentat et discuteront ensemble des prochaines mesures. »

L’armée et la police des frontières ont mené une opération à Bayt Surik, le village du terroriste palestinien Nimer Mahmoud Ahmad Jamal.

Dans un communiqué publié mardi après-midi, l’armée israélienne a annoncé que, « dans le cadre de l’opération, Tsahal et la police des frontières ont ratissé le village, perquisitionné la maison du terroriste et bloqué le village. Différentes méthodes de renseignement et d’intervention ont été employées, visibles ou non, sur les routes et les chemins [entourant le village], afin de garantir la sécurité de la zone. »

Trois personnes ont été arrêtées dans l’opération, a précisé l’armée. Les médias palestiniens ont annoncé que le frère de Jamal avait été arrêté par les forces israéliennes, ainsi que son père, selon un média lié au Hamas.

David Quarrey, l’ambassadeur du Royaume-Uni en Israël, a été le premier responsable étranger à dénoncer l’attentat, affirmant qu’il n’y avait « aucune excuse possible » au terrorisme.

La branche locale de la Croix Rouge a elle aussi condamné l’attentat. « Nous déplorons les morts d’aujourd’hui près de Jérusalem. Les civils doivent avoir le droit à une vie libre de peur, d’insécurité et d’incertitude », a écrit l’association sur son compte Twitter.

Les ambassadeurs du Canada, de France et des Etats-Unis ont également condamné l’attentat mardi. « Nous condamnons avec force l’assassinat de trois Israéliens ce matin à Har Adar. Nous partageons la douleur de leurs familles. », a écrit sur Twitter Hélène Le Gal, l’ambassadrice de France en Israël.

Deborah Lyons, l’ambassadrice du Canada en Israël, a exprimé mardi, à l’occasion de la cérémonie annuelle d’hommage aux Américains et aux Canadiens tués dans des attentats ou des guerres en Israël, « sympathie, condoléances et prières » aux familles des Israéliens tués.

L’association représentant la communauté juive organisée du Royaume-Uni, le Board of Deputies of British Jews, a appelé l’AP et la communauté internationale à condamner l’attentat.

« Nos pensées et nos prières vont aux familles et aux proches des trois Israéliens brutalement assassinés à Har Adar », a déclaré dans un communiqué le vice-président de l’organisation, Richard Verber.

« Nous saluons les efforts menés par les Américains pour relancer les négociations de paix entre Israël et les Palestiniens, mais aucun accord ne sera conclu tant que l’AP ne cessera pas son programme d’incitation à la violence et au meurtre d’Israéliens innocents. Nous appelons l’AP et la communauté internationale à condamner sans équivoque cette dernière atrocité. Le terrorisme reste du terrorisme, peu importe où il se produit », a-t-il ajouté.

Plusieurs politiciens israéliens ont accusé les incitations palestiniennes à la haine, notamment le discours prononcé la semaine dernière devant l’Assemblée générale des Nations unies par Abbas, d’être responsables de l’attentat.