Israël doit tenir des élections générales après la fin de l’opération Bordure protectrice pour décider de relancer ou non les négociations de paix avec l’Autorité palestinienne, a déclaré samedi le leader de l’opposition et chef du Parti travailliste, Isaac Herzog. Il se dit convaincu qu’une reprise du processus de paix, avec un partenariat avec Mahmoud Abbas de l’Autorité palestinienne, était vitale pour Israël.

« La population israélienne sera face à une décision difficile [après ce conflit] », a déclaré Herzog lors d’une interview à la Deuxième chaîne. « Voit-elle un avenir pour la solution à deux Etats, ou non, c’est pourquoi je pense qu’après cette campagne militaire, nous devons organiser des élections. »

Selon Herzog, le gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu n’a pas réussi à améliorer la situation de l’opinion publique israélienne sur presque tous les fronts.

« Nous sommes au bord d’une catastrophe économique, pour ne pas mentionner une impasse sur le front diplomatique concernant le processus de paix, qui à sa manière, nous a conduit là où nous en sommes maintenant », dit-il.

Herzog a blâmé le Premier ministre de ne pas travailler avec Abbas, « qui appartient à l’axe modéré dans la région », affirmant que Netanyahu a plutôt indirectement renforcé le Hamas, lorsqu’il a brisé les négociations avec Abbas en avril, orchestrées par les Etats-Unis.

« Je ne suis pas ici pour défendre Abbas. Abbas est un rival, mais c’est un rival qui reconnaît l’Etat d’Israël et dit : ‘Je n’utiliserai pas le terrorisme’ », souligne Herzog.

« Nous devons donner de l’espoir au peuple israélien, nous ne pouvons pas vivre ainsi éternellement. »

D’après Herzog, le leadership doit arriver à la conclusion qu’Israël ne peut continuer à s’accrocher à l’ensemble de la Cisjordanie.

« Nous ne pouvons garder [des millions de] Palestiniens dans une cocotte-minute », poursuivit-il. « Ceux qui veulent que la Cisjordanie ressemble, à Dieu ne plaise, à Gaza, devraient poursuivre sur cette voie. Ceux qui ne le souhaitent pas doivent poursuivre un processus [de paix] courageux », affirme-t-il.

Le chef de l’opposition ajoute que Netanyahu aurait dû reprendre immédiatement les négociations avec Abbas tout en combattant le Hamas à Gaza.

« Nous devons frapper le Hamas comme s’il n’y avait pas de pourparlers de paix avec Abbas, et poursuivre les négociations de paix avec Abbas comme si nous ne frappions pas le Hamas », conclut-il.