Lors d’un discours passionné à l’ouverture de la session d’hiver de la Knesset lundi, le leader de l’opposition, Isaac Herzog, a demandé aux partis du centre, de droite et de gauche de renverser le Premier ministre, Benjamin Netanyahu, car il a échoué à sécuriser le pays, à mettre en place un accord de paix avec les Palestiniens, à résoudre la crise économique et pour avoir réussi, à lui seul, à mettre en péril les liens diplomatiques avec les Etats-Unis.

« Il n’y a pas de paix, pas de sécurité, pas d’économie, pas de logements, pas de revenus, pas d’espoir. Il n’y a aucune raison de laisser Netanyahu au pouvoir », a déclaré Herzog.

Au sujet des relations froides avec les Etats-Unis, Herzog accuse : « Vous êtes la personne responsable de la destruction des relations avec les Etats-Unis. Vous êtes l’homme qui a, de manière répétée, blessé et insulté le président Obama et son administration ».

Le chef de l’opposition a continué en critiquant la gestion du Premier ministre de l’instabilité à Jérusalem Est, et l’a accusé de « diviser de facto » la capitale.

« Vous nous avez promis de la sécurité, monsieur le Premier ministre, et voyez comment Jérusalem brûle, et vous ne prenez aucune mesure substantielle pour empêcher cela, mais vous ajoutez [de l’huile sur le feu] – par votre indécision, vous êtes la cause d’une division de facto de notre chère et tendre Jérusalem ».

Herzog a aussi longuement dénoncé l’incapacité du Premier ministre à régler le problème du coût de la vie en Israël, a critiqué le budget et l’a attaqué pour avoir nommé Yair Lapid à la fonction de ministre des Finances. Il a qualifié ce dernier de « novice politique sans expérience professionnelle que [Netanyahu] utilise comme bouclier humain ».

« Malheureusement, il y a ceux qui cherchent à transformer Israël en un Etat où ses citoyens quémandent du pain, un Etat en faillite et qui supplie, et le responsable n’est autre que le Premier ministre, qui décore ses citoyens avec le badge de la honte sous la forme du budget [annuel] », clame Herzog.

Le premier ordre du jour du Parlement sera le vote du budget de 2015. Beaucoup de batailles ont déjà été menées sur ce sujet-là, la plus spectaculaire a été la dispute au sujet de la proposition de Lapid d’abandonner la TVA sur les nouvelles acquisitions immobilières pour les jeunes couples qui ont fait leur service militaire et qui achètent leur première maison.

Lapid et Netanyahu ont réussi à parvenir à un accord sur ce sujet au début de ce mois. La proposition de Lapid sera votée, en tant que projet de loi, en parallèle au vote du budget.

De fait, si le vote du budget ne passe pas, le gouvernement tombera.

« La population n’est pas stupide, la population ne continuera pas à payer. La personne qui paiera sera le Premier ministre. Il le paiera de sa position – et très rapidement », prédit Herzog.

« Bibi vous avez peur. Vous êtes déconnecté. Et quand la tête est déconnectée, le gouvernement s’écroule. Et quand le gouvernement s’écroule, ce budget honteux et scandaleux de votre camp touchera la poche des citoyens israéliens ».

Dans le but évident de mettre en avant sa candidature au poste de Premier ministre, Herzog a ajouté que, lui, personnellement, tendrait la main aux Palestiniens pour faire la paix.

« J’irai à Ramallah et dirai au peuple palestinien qu’il y a de l’espoir pour la paix. Je leur dirai : Il y a quelqu’un à qui vous pouvez vous adresser. S’ils recherchent la vie, s’ils recherchent de l’espoir pour leurs citoyens, s’ils veulent une économie florissante – ils me trouveront, avec une main forte et tendue vers la paix. S’ils choisissent la terreur et le combat, je couperai, sans aucune hésitation, la main qui tient l’épée ».

Herzog a conclu en invitant tous les membres de la Knesset toutes tendances politiques confondues, à remplacer le gouvernement pour les citoyens israéliens qui « méritent et prient non seulement pour la vie, mais aussi pour une qualité de vie ».

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.