Suite à l’exhortation du ministre des Transports Yisrael Katz (Likud), le meneur de l’Union sioniste (centre-gauche), Isaac Herzog, a déclaré mardi qu’il ne se joindrait pas au Premier ministre Benjamin Netanyahu à Washington la semaine prochaine.

Katz avait encouragé Herzog à assister au discours controversé de Netanyahu au Congrès sur le programme nucléaire iranien, tout comme des commentateurs dans les médias,afin de montrer l’opposition israélienne non partisane à l’accord résultant des négociations entre Téhéran et les puissances mondiales.

« Les déclarations de Netanyahu sur ceux qui iront à Washington et ceux qui n’iront pas doivent s’arrêter », a déclaré Herzog lors d’un entretien avec des journalistes à Jérusalem.

En Israël, aussi bien l’opposition que la coalition sont d’accord sur l’existence de la menace nucléaire iranienne, a poursuivi Herzog.

« Aucun leader israélien n’acceptera un Iran nucléaire. Cependant, c’est sur la manière de gérer sur cette question que je ne suis pas d’accord avec le Premier ministre Netanayhu. Je crois en une discussion franche et ouverte avec l’administration américaine. Je crois en une discussion franche et ouverte avec les dirigeants du P5+1. Et je pense que le discours de Netanyahu à Washington est une erreur. »

Mardi, Netanyahu a déclaré que le Congrès pourrait être le dernier espoir d’Israël pour mettre un terme à l’accord qui émerge des négociations et qu’il veut empêcher.

Plus tôt dans la journée, Katz avait clamé sur Radio Israel qu’Herzog craignait qu’aller à Washington avec Netanyanhu, cela serait perçu en Israël comme un soutien tacite au Premier ministre.

L’invitation de Katz, qui a été rendue publique sur Facebook, a été partagée sur la page Facebook de Netanyahu – ce qui semblait être un signe d’approbation de l’invitation.

Katz a qualifié le discours au congrès – un événement qui irrite l’administration Obama car l’invitation a été lancée par le chef de file républicain à la Chambre des Représentants et que le discours de Netanyahu cherchera à retourner les législateurs contre le président – comme « une dernière chance d’empêcher la signature d’un mauvais accord ».

La participation d’Herzog à ce discours « représenterait le consensus et un front unifié, (qui) permettrait d’écarter le danger », a écrit Katz sur Facebook.

L'ex-leader du parti HaAvoda, la députée Shelly Yachimovich (photo credit: Miriam Alster/Flash90)

L’ex-leader du parti travailliste, la députée Shelly Yachimovich (photo credit: Miriam Alster/Flash90)

Shelly Yachimovich de l’Union sioniste a exhorté Netanyahu à annuler son discours et a vertement critiqué son comportement.

« Netanyahu doit se rappeler que la raison de ce voyage est d’empêcher l’Iran d’obtenir l’arme nucléaire, non pas de faire un discours électoral », a-t-elle exposé.

« Dans son entêtement, Netanyahu est en train de causer des dommages irréversibles au pays. Il doit se rappeler qu’il ne s’agit pas de télé-réalité… pas d’un clip de campagne, pas plus que du matériel électoral, mais du futur de notre pays. »

Le Premier ministre israélien a accepté le mois dernier une invitation du républicain John Boehner (R-Ohio), le président de la Chambre des représentants, à s’adresser au Congrès, et ce, alors que Boehner n’avait pas reçu d’autorisation du président Barack Obama ou des démocrates du Congrès pour cette invitation.

Le discours de Netanyahu est controversé car il va à l’encontre des Etats-Unis alors que ce pays négocie avec l’Iran au sujet du programme nucléaire ; des négociations qui, selon Netanyahu, mettent en péril Israël. Un autre sujet de controverse est le fait que le discours est prévu juste deux semaines avant la date prévue des élections israéliennes.

Netanyahu a affirmé la semaine dernière que la fureur politique autour de son prochain discours au Congrès ne devait pas écarter le problème de l’accord imminent entre les puissances mondiales et l’Iran qui, d’après lui, ne permet pas d’empêcher l’Iran de produire des armes nucléaires.

Un certain nombre d’organisations juives ont déclaré que la visite n’était pas raisonnable et ont appelé Netanyahu et Boehner à la reporter.

Quelques législateurs démocrates ont aussi annoncé qu’ils n’assisteraient pas au discours.

Lundi, deux sénateurs américains démocrates ont invité Netanyahu a rencontré les législateurs de leur parti lors de sa prochaine visite à Washington.

Raphael Ahren et Stuart Winer ont contribué à cet article