Les appels de dirigeants de droite à annexer unilatéralement des parties de la Cisjordanie sont « à la fois dangereux et illusoires », a déclaré samedi le président du Parti travailliste, Isaac Herzog.

Il a ajouté que la seule solution viable au conflit israélo-palestinien était de relancer les négociations et de pouvoir déterminer les frontières permanentes d’Israël.

« L’extrême droite exploite le vide de leadership que Netanyahu a créé, et jette maintenant dans l’arène des idées dangereuses sur l’annexion des territoires », a déclaré Herzog, selon la radio israélienne.

« La seule solution est un processus politique dans lequel les blocs d’implantations resteraient aux mains des Israéliens, ainsi qu’à déterminer les frontières permanentes du pays », a-t-il poursuivi.

Le président du Parti travailliste s’en est pris au leader du Habayit Hayehudi Naftali Bennett, qui a appelé vendredi le gouvernement à annexer des régions de Cisjordanie principalement habitées par des Juifs.

Le journal de la Deuxième chaîne a rapporté que le ministre de l’Economie avait présenté un plan à cet effet à Netanyahu.

« Si Bennett pense que c’est la solution à l’imbroglio politique que le gouvernement a créé, cela est délirant et détaché de la réalité », a déclaré Herzog.

La ministre de la Justice, Tzipi Livni, a également critiqué l’idée vendredi, affirmant qu’il n’y aurait pas d’annexion unilatérale tant qu’elle ferait partie de la coalition.

L’initiative d’introduire une législation visant à annexer les territoires de Cisjordanie a commencé à prendre de l’ampleur depuis que les pourparlers de paix menés par les États-Unis, entre Israël et les Palestiniens, se sont effondrés à la fin du mois dernier.

Jeudi, le ministre des Transports Israël Katz a annoncé qu’il présenterait un projet de loi visant à redessiner les frontières de la municipalité de Jérusalem pour inclure un certain nombre d’implantations en Cisjordanie au sein du « Grand Jérusalem ».

Le projet de loi doit fusionner les implantations de Maale Adumim, Givat Zeev, le bloc de Gush Etzion, et Beitar Illit, soit une population totale de plus de 150 000 Israéliens.

Plus tôt dans la journée, le ministre des Communications Gilad Erdan (Likud) a appelé le gouvernement israélien « à commencer à préparer » l’annexion de territoires désignés par les Accords d’Oslo comme la zone C.

La plus récente estimation de l’ONU, en mars, a évalué la population pour l’ensemble de la zone C à près de 300 000 Palestiniens, dont
74 000 à Jérusalem-Est et 67 000 dans la région de Hébron.

Dans une interview avec Bloomberg vendredi, Benjamin Netanyahou a déclaré qu’Israël pourrait envisager de prendre des mesures unilatérales à l’égard de la Cisjordanie.

Netanyahu a reconnu que l’idée d’un retrait unilatéral de la région gagnait du terrain dans tout l’échiquier politique, mais a prévenu qu’Israël ne pouvait pas risquer un autre Gaza, qui a été repris par le Hamas après le désengagement unilatéral des Israéliens.

« Beaucoup d’Israéliens se demandent si certaines mesures unilatérales pourraient théoriquement faire sens. Mais les gens reconnaissent que le retrait unilatéral de Gaza n’a pas amélioré la situation ou fait avancer la paix », a-t-il déclaré.