Le député Isaac Herzog, chef de la liste Union sioniste, fustige dimanche le discours au Congrès du Premier ministre Benjamin Netanyahu, insistant qu’il vise seulement les prochaines élections israéliennes.

« L’objectif pour nous tous est partagé : stériliser et neutraliser le potentiel nucléaire de l’Iran, refuser à l’Iran une arme nucléaire », déclare Herzog à Kol Israël. « Toutefois, le différend entre moi et le Premier ministre est très pratique : il porte sur la façon dont nous allons réaliser cet objectif. »

Pour Herzog, le discours n’est pas un moyen efficace de parvenir à ce but.

« Prêcher des convertis au Congrès ne changera rien. Et au bout du compte, cela empoisonnera l’atmosphère, la relation avec l’administration », dit-il.

« Je peux déjà vous le dire, le moyen de changer ce qui se passe dans les négociations entre la coalition et l’Iran est un dialogue intensif, simple et intime. Non des discours. »

Des dirigeants juifs ont demandé au Premier ministre de modifier la date de son discours, dit Herzog, mais Netanyahu a refusé. « Il veut cela pour les élections, uniquement pour les élections. »

Le ministre des Affaires étrangères Avigdor Lieberman, qui dirige le parti Israël Beitenou, a pour sa part déclaré à Kol Israël que c’était le mauvais moment pour exprimer des préoccupations au sujet du discours.

« Peu importe si nous sommes d’accord ou en désaccord avec lui, si nous sommes dans l’opposition ou dans le gouvernement, si nous sommes en concurrence avec le Likud aux élections ou non – au moment où le Premier ministre prend son envol pour l’étranger, et surtout pour les États-Unis, nous n’avons pas d’autre Premier ministre, et nous devons le soutenir. »

« L’accord est mauvais », affirme Liberman, bien qu’il ne soit pas encore finalisé et que l’administration a clairement fait savoir qu’elle ne tient pas les dirigeants israéliens au courant de tous les détails des pourparlers. « C’est une affaire dont la première conséquence sera une course aux armements au Moyen-Orient. »

« Une fois que nous donnerons à l’Iran le sceau d’approbation pour devenir un Etat de seuil nucléaire », a averti Liberman, « tous les autres pays rejoindront la course. »

Herzog s’accorde avec Liberman sur ce point. Dans un article d’opinion publié vendredi dans le New York Times, il a écrit : « Un Iran nucléaire ne mettrait en danger pas seulement Israël. S’il devient nucléaire, le Moyen-Orient sera nucléaire, mettant la paix mondiale en péril. »

Netanyahu doit prononcer son discours au Congrès mardi 3 mars à 10h45 heure locale.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.