Le groupe terroriste du Hezbollah a déclaré vendredi que l’attaque à la voiture bélier qui a frappé la ville de Barcelone hier, et revendiqué par l’État islamique « entache le Djiahd ».

Au moins 14 personnes ont été tuées, et plus d’une centaine de personnes ont été blessées, après qu’un homme a dirigé sa camionnette sur un trottoir d’une rue très fréquentée par les touristes dans la ville de Barcelone jeudi. L’attentat a été revendiqué par l’État islamique.

Quelques heures plus tard, une voiture a blessé au moins 6 personnes en fonçant sur la foule dans une rue piétonne de la commune de Cambrils. Cinq attaquants, portant de fausses ceintures d’explosifs, ont été tués dans l’attaque.

Les autorités estiment que ces deux attentats sont liés.

Des femmes agitent des drapeaux libanais ou du groupe terroriste chiite du Hezbollah devant des portraits du guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei (à droite) et le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah, pendant un discours de ce dernier commémorant les dix ans de la deuxième guerre du Liban, à Bint Jbeil, le 13 août 2016. (Crédit : AFP/Mahmoud Zayyat)

Des femmes agitent des drapeaux libanais ou du groupe terroriste chiite du Hezbollah devant des portraits du guide suprême iranien, l’ayatollah
Ali Khamenei (à droite) et le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah, pendant un discours de ce dernier commémorant les dix ans de la deuxième guerre du Liban, à Bint Jbeil, le 13 août 2016. (Crédit : AFP/Mahmoud Zayyat)

« Prendre pour cible des innocents et les tuer fait partie du plan satanique conçu par ces terroristes, qui veulent entacher le concept du jihad et salir l’image de l’islam », a déclaré le Hezbollah.

Le groupe libanais et allié de l’Iran, est considéré comme terroriste par Israël et les États-Unis. Il a été montré du doigt à plusieurs reprises pour ses bombardements meurtriers et ses attentats contre des Israéliens et des Juifs en Israël et à l’étranger, et son dirigeant menace régulièrement de s’en prendre à l’État hébreu.

Bien que l’Union européenne reconnaisse que la branche armée du Hezbollah est un groupe terroriste, elle n’a pas étendu cette dénomination à sa branche politique, élément majeur de la coalition libanaise au pouvoir.

Le groupe lutte contre l’État islamique en Syrie et a déjà émis des condamnations similaires après des attentats en Europe, revendiqués par l’État islamique.

Il appelle à la reprise des combats contre le groupe « à l’idéologie basée sur la haine ».

Avigdor Liberman, ministre de la Défense, avant la réunion hebdomadaire de cabinet dans les bureaux du Premier ministre, le 11 juin 2017. (Crédit :  Marc Israel Sellem/Pool)

Avigdor Liberman, ministre de la Défense, avant la réunion hebdomadaire de cabinet dans les bureaux du Premier ministre, le 11 juin 2017. (Crédit : Marc Israel Sellem/Pool)

Le ministre de la Défense, Avigdor Liberman, s’est également exprimé suite à ces attentats, appelant les pays occidentaux, y compris Israël, à unir leurs efforts contre les groupes terroristes.

« Il est de notre devoir de lutter, avec détermination et résilience, pas seulement contre les attaquants, mais également contre ceux qui les envoient, ceux qui les financent, ceux qui les inspirent », a-t-il déclaré dans un communiqué diffusé par son bureau.

Le président Reuven Rivlin a associé les expériences d’Israël aux attentats et a présenté ses condoléances au roi d’Espagne vendredi.

Reuven Rivlin, le 22 mai 2017 (Crédit : Capture d’écran YouTube)

Reuven Rivlin, le 22 mai 2017 (Crédit : Capture d’écran YouTube)

« Tristement, en Israël, nous sommes habitués à cette atrocité et au chagrin qui fait suite à ces attentats meurtriers, et nous pouvons véritablement comprendre votre douleur », a déclaré Rivlin dans une lettre au roi Felipe VI, selon son bureau. « Le terrorisme est du terrorisme, qu’il sévisse à Barcelone, à Paris, à Istanbul ou à Jérusalem. »

Israël a subi des dizaines d’attentats à la voiture-bélier, principalement à Jérusalem et en Cisjordanie, ces dernières années. Les autorités israéliennes ont tenté de les associer aux attentats de ce type en Europe, généralement revendiquées par l’État islamique.

« Ces évènements atroces prouvent, une fois de plus, que nous devons être unis dans la lutte contre ceux qui cherchent à faire usage de la violence pour étouffer les libertés individuelles, la liberté de penser et de croire, et qui continuent à détruire tant de vies », a ajouté Rivlin.

Des policiers et deux hommes viennent en aide à une victime après un attentat au cours duquel le conducteur d'une fourgonnette a dirigé son véhicule dans la foule, tuant au moins 13 personnes et faisant environ 100 blessés à la Rambla, à Barcelone, le 17 août 2017 (Crédit : Nicolas CARVALHO OCHOA/AFP PHOTO)

Des policiers et deux hommes viennent en aide à une victime après un attentat au cours duquel le conducteur d’une fourgonnette a dirigé son véhicule dans la foule, tuant au moins 13 personnes et faisant environ 100 blessés à la Rambla, à Barcelone, le 17 août 2017 (Crédit : Nicolas CARVALHO OCHOA/AFP PHOTO)