Israël aime les grandes puissances industrielles. Et si entre Israël et les Etats-Unis, l’entente commerciale apparaît toute naturelle (langue, culture du risque et de l’entrepreneuriat…), la France, partenaire de puissance plus modeste certes, commence à s’intéresser sérieusement aux ressources israéliennes en termes de matière grise.

« En 2015, 4,4 milliards de dollars ont été levés en Israël. Et 62 start-ups ont été achetées pour un montant total de 15 milliards de dollars », rappelle le magazine Stratégies.

Le destin d’une innovation israélienne est de trouver des débouchés commerciaux sur des marchés cibles comme les Etats-Unis ou l’Europe, puis à terme d’être rachetée par son principal concurrent ou partenaire stratégique.

Mais aujourd’hui l’industrie française, qui, a récemment pris le virage des nouvelles technologies pour engager sa transformation digitale, aux vues des succès récents de la FrenchTech, a décidé d’aller chercher de nouvelles solutions dans la Silicon Wadi israélienne.

Une femme participe activement à « l’évangélisation » des grands groupes industriels français aux us et coutumes de la Start-up Nation auprès de qui ils cherchent ces fameuses innovations technologiques incrémentales ou innovations de rupture, c’est Valérie Zarka.

Valérie Zarka, fondatrice et PDG de More Than Digital. (Crédit : autorisation)

Valérie Zarka, fondatrice et PDG de More Than Digital. (Crédit : autorisation)

« Après 15 années en agences digitales, j’ai créé ma société de conseil en innovation digitale entre Paris et Tel-Aviv » explique au Times of Israël, Valérie Zarka, qui a géré, entre autres, la stratégie digitale du Service d’Information du Gouvernement sous Nicolas Sarkozy durant les cinq années de son mandat.

« Mon entreprise, More Than Digital, a permis d’ouvrir pour la première fois les portes du high-tech israélien aux grands groupes français en quête d’innovation digitale et technologique ».

Ainsi les conseils d’administration ou les départements Innovation de Carrefour, Total, COVEA, ou encore de la Française des Jeux et de « très nombreux médias français (TF1, France TV, M6, RTL…) nous ont fait confiance pour découvrir la Start Up Nation et initier des partenariats technologiques avec les acteurs-clés israéliens ».

« Je les mets en contact avec des start-ups, des incubateurs et ils sont assez ébahis par la qualité de la technologie qu’ils rencontrent, mais aussi impressionnés par le background des entrepreneurs, notamment dans le monde militaire, leur humilité, leur simplicité et leur rigueur, » indique-t-elle.

« Les clients Français rencontrent en Israël des ingénieurs très accessibles et intelligibles qui ont pourtant programmé des algorithmes lourds et complexes pour leurs start-ups… Ils comprennent ainsi que la recherche et développement en Israël, profondément ancrée dans la culture entrepreneuriale, fait partie des facteurs clés de succès de la Start Up Nation. »

Les visites de Valérie Zarka ont d’autres conséquences positives, au-delà de l’impact économique. En effet, il est fréquent que ces décideurs Français viennent en Israël pour la première fois de leur vie et ressentent un véritable « électrochoc » par rapport à l’image qu’ils en avaient.

On ne compte plus le nombre de coup de cœurs technologiques, culturels ou culinaires entre Tel Aviv et ces grands dirigeants qui ignoraient tout du dynamisme, de la modernité et du charme de la Ville Blanche.